Le Doudou

Affiche Le Doudou
Réalisé par Philippe Mechelen, Julien Hervé
Titre original Le Doudou
Pays de production France
Année 2017
Durée
Musique Hervé Rakotofiringa
Genre Comédie
Distributeur Pathé Distribution
Acteurs Ludovic Berthillot, Guy Marchand, Kad Merad, Malik Bentalha, Avant Strangel, Enya Baroux
Age légal 8 ans
Age suggéré 10 ans
N° cinéfeuilles 793
Bande annonce

Critique

Le Doudou est un film de Philippe Mechelen et Julien Hervé, scénaristes et créateurs des «Tuche» et également auteurs d’émissions de TV (Les Guignols de l’info, Burger Quiz, etc.) Appelés à développer un scénario pour un long métrage de comédie, ils ont finalement réalisé eux-mêmes le film. On attendait ce Doudou avec une certaine curiosité mêlée d’inquiétude: on est déçu en bien…

Le récit part d’un tout petit incident pour s’aventurer, tel un road movie, dans des lieux et des problèmes inattendus. Michel (Kad Merad) a perdu le «doudou» de sa fille à l’aéroport de Roissy. Il a aussitôt déposé un avis de recherche avec promesse de récompense. Sofiane (Malik Bentalha), employé à l’aéroport, y voit l’occasion de se faire un peu d’argent et prétend avoir retrouvé la peluche. Le mensonge est vite découvert, Michel et Sofiane se disputent, se réconcilient (le second offrant ses services au premier), et les voilà partis sur les traces mouvantes du petit ours disparu. Mais tout ne sera pas simple, bien au contraire.

L’intrigue n’est pas à raconter. On signalera simplement que les deux compères - qui n’ont rien de commun - seront amenés à entreprendre une course, parfois frénétique, pour retrouver l’objet égaré. Ils vont faire un bout de chemin ensemble, rencontreront de nouvelles personnes (un vieux châtelain, une grand-maman un peu fofolle, un ado au parler incompréhensible, un ancien militaire devenu maître-chien, etc.) et se plongeront dans des sociétés ou des communautés inattendues, en tentant, en même temps, de régler leurs affaires conjugales. Le duo fonctionne bien, les deux personnages vont évoluer de façon sensible tout au long de leurs aventures, Kad Merad jouant le héros retenu et Malik Bentalha le jeune qui va mûrir et se transformer. Les seconds rôles (de tous les âges) sont parfois caricaturaux, mais ne prennent pas trop de place, contrairement aux dialogues, véritable torrent emportant un peu tout sur son passage: plaisanteries farfelues, bisbilles incessantes, digressions foireuses, interventions inopinées occupent le terrain.

Si la musique est trop insistante, la forme du film (lumières et cadrages) est soignée, sans recherche d’esbroufe, et l’histoire, très linéaire, se déroule sur l’écran sans sourciller, chacun ayant le loisir de deviner l’épilogue. Les deux réalisateurs ont joué la carte de la retenue, celle du divertissement grand public, plutôt que celle des plaisanteries déplacées et des scènes inconvenantes que l’on croise parfois dans certaines comédies françaises.

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 13