Profil

La Ch’tite famille

Affiche La Ch’tite famille
Réalisé par Dany Boon
Titre original La Ch’tite famille
Pays de production France
Année 2018
Durée
Musique Michael Tordjman, Maxime Desprez
Genre Comédie
Distributeur Pathé Films
Acteurs François Berléand, Line Renaud, Valérie Bonneton, Dany Boon, Guy Lecluyse, Laurence Arné
Age légal 6 ans
Age suggéré 6 ans
N° cinéfeuilles 785
Bande annonce

Critique

Acteur, humoriste, réalisateur, scénariste et producteur français, Dany Boon a connu en 2008 un immense succès commercial avec sa comédie populaire Bienvenue chez les Ch’tis (plus de 20 millions de spectateurs en France). Dix ans plus tard il remet ça, tout en précisant d’emblée qu’il ne s’agit pas d’une suite: si l’on retrouve en effet dans La Ch’tite Famille quelques acteurs du film de 2008, les personnages  n’ont aucun rapport avec l’histoire du postier - incarné alors par Kad Merad - qui quittait le Midi de la France pour aller se mêler aux Ch’tis du Nord-Pas-de-Calais. Sinon que, dans ce nouveau film, Valentin (Dany Boon), quadragénaire et designer réputé, est aussi originaire du nord de la France, tout en vivant maintenant à Paris.

Voilà qu’un jour toute sa famille débarque chez lui pour célébrer son anniversaire. Notre protagoniste a bien de la peine à assumer cette visite inattendue, d’autant plus qu’il a toujours caché à son entourage ses origines ouvrières et «nordistes» pour mieux s’intégrer dans le monde du design et du luxe parisien. Valentin et sa femme Constance (Laurence Arné), elle aussi architecte, sont en train de peaufiner le vernissage d’une rétrospective de leurs œuvres au Palais de Tokyo. Pour Valentin, l’arrivée de sa mère Suzanne (Line Renaud), de son frère Gustave (Guy Lecluyse) et de sa belle-sœur Louloute (Valérie Bonneton) est donc assez catastrophique, sans compter que, suite à un accident, il va devenir lui-même amnésique… Différentes péripéties l’amèneront à revenir vingt ans en arrière. Le reste est à découvrir.

Line Renaud, Valérie Bonneton et Pierre Richard (le père de Valentin) ont la charge de parler «ch’ti», ce français malmené et rehaussé d’une prononciation chuintante. A mi-chemin entre la comédie de mœurs et la saga familiale un peu délirante, La Ch’tite Famille n’atteint guère des sommets, mais ne glisse jamais vers la vulgarité. Le ressort général du film est un comique de situation et de mots, tandis que sa qualité est à rechercher avant tout dans la performance de chacun des acteurs. L’intrigue est souvent prévisible, mais le divertissement reste agréable.


Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 13