Wonder

Affiche Wonder
Réalisé par Stephen Chbosky
Pays de production U.S.A.
Année 2017
Durée
Musique Marcelo Zarvos
Genre Drame, Famille
Distributeur Impuls
Acteurs Julia Roberts, Owen Wilson, Mandy Patinkin, Jacob Tremblay, Izabela Vidovic
Age légal 8 ans
Age suggéré 12 ans
N° cinéfeuilles 781
Bande annonce

Critique

Comment affronter la vie quand on est enfant et qu’on est né avec une malformation du visage? Ce film tente une réponse qui sans aucun doute vous fera monter les larmes aux yeux…

Cet enfant, c’est Auggie (Jacob Tremblay)… un petit garçon dont le début de la vie a été jalonné par une multitude d’opérations afin de lui composer un visage humain. Pour le préserver, les parents (Julia Roberts et Owen Wilson) le gardent le plus longtemps possible à la maison, la mère lui prodiguant elle-même l’enseignement nécessaire. Mais un jour, la décision est prise: Auggie doit faire son entrée dans l’univers scolaire: il va ainsi se confronter au regard des autres et affronter la cruauté de certains…

Ce film est un plaidoyer sur la tolérance, l’acception de la différence, l’acceptation de soi, mais aussi sur le harcèlement scolaire.

Les intentions sont bonnes, les acteurs sont touchants, mais voilà: trop c’est trop! Malgré la lourdeur du sujet, on entre dans un conte guimauve dans lequel même les intolérants deviennent adorables, les professeurs compréhensifs et bienveillants, le directeur humain et honnête… On a l’impression de pénétrer l’intimité d’une famille parfaite: même la sœur, souvent livrée à elle-même au profit du petit frère qui prend toute la place, fait preuve d’une compréhension inégalable pour une adolescente.
Auggie va certes apprendre à encaisser quelques méchancetés et à lutter pour trouver sa place, mais comme en plus il est surdoué et brillant, il va conquérir le cœur de tout le collège… spectateur compris! On pleure car on ne peut certes pas rester insensible à sa frimousse défigurée et à sa lutte au quotidien, mais ce tire-larmes à l’américaine finit par agacer: on a plus l’impression d’entrer dans un mauvais conte de fées plutôt que dans un film social nous proposant une vraie réflexion sur un sujet délicat. Un film fabriqué de toute pièce pour émouvoir, dont la profondeur est digne d’un roman à l’eau sans aucune substance…

Nadia Roch

Appréciations

Nom Notes
Nadia Roch 9