Femme fantastique (Une)

Affiche Femme fantastique (Une)
Réalisé par Sebastián Lelio
Titre original Una mulier fantastica
Pays de production Chili, Allemagne, Espagne, U.S.A.
Année 2017
Durée
Musique Matthew Herbert
Genre Drame
Distributeur pathefilms
Acteurs Aline Küppenheim, Nestor Cantillana, Luis Gnecco, Daniela Vega, Francisco Reyes
Age légal 12 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 772
Bande annonce

Critique

Un titre un peu mystérieux pour un film assez étonnant. Une Femme fantastique est le portrait d’une femme, Marina, chanteuse et serveuse dans un bar-night-club chilien. Un film qui a été en compétition à Berlin, en février dernier, et qui a reçu l’Ours d’argent du Meilleur scénario et une Mention du Jury œcuménique.
Marina (Daniela Vega) et Orlando (Francisco Reyes), de vingt ans son aîné, s’aiment depuis un certain temps. Ils planifient d’ailleurs leur avenir ensemble, mais un soir, après un repas au restaurant, Orlando est pris d’un malaise et fait une chute dans les escaliers de sa maison. Transporté aux urgences par Marina, les médecins ne peuvent que constater son décès.

Le film s’inscrit dès lors dans les journées solitaires de Marina et dans la difficulté qu’elle a de les assumer. Le monde autour d’elle semble par moments perdre la raison, elle se sent menacée : elle devra d’abord affronter une inspectrice de la police (une enquête sur la mort d’Orlando est mise sur pied), elle aura aussi affaire avec les membres de la famille d’Orlando (on l’accuse d’avoir profité de son amant, on ne veut pas lui donner l’occasion de participer à ses obsèques, on l’empêche de s’exprimer, on la chasse de l’appartement où elle vivait avec lui). Elle doit résister, telle une héroïne moderne, et elle le fait avec intelligence, fermeté et finesse.
Une femme fantastique est un beau portait à découvrir, celui d’une femme honnête et forte. Le film, à la fois retenu et tendu, repose essentiellement sur les épaules de Marina (excellente Daniela Vega), une battante, qui ne dérogera jamais aux règles qu’elle s’est fixées, c’est-à-dire celles de l’honnêteté, du respect des autres et qui, surtout, restera fidèle à l’homme qu’elle a aimé.

Antoine Rochat