Moi, moche et méchant 3

Affiche Moi, moche et méchant 3
Réalisé par Pierre Coffin, Kyle Balda, Eric Guillon
Pays de production U.S.A.
Année 2017
Durée
Musique Heitor Pereira
Genre Animation, Aventure, Comédie
Distributeur universal
Acteurs Arié Elmaleh, Gad Elmaleh, Audrey Lamy, Miranda Cosgrove, David Marsais
Age légal 6 ans
Age suggéré 6 ans
N° cinéfeuilles 772
Bande annonce

Critique

On prend les mêmes et on continue. Toujours avec les Minions (les petits personnages jaunes en forme de capsules), voilà les gros succès de l’animation en 2013 et 2015 de retour… On retrouve dans la v.o. de ce troisième épisode les mêmes acteurs américains, avec Trey Parker en plus, qui prête sa voix au méchant Balthazar Bratt, cet enfant star qui, devenu adulte, reste obnubilé par le rôle qu’il a interprété dans les années 80 et qui va devenir l’ennemi juré de Gru, de sa coéquipière Lucy et subsidiairement de leurs filles Margo, Edith et Agnès. Balthazar va essayer de voler un diamant en asphyxiant les passagers d’un bateau avec des chewing-gums collants, gonflables et géants. L’agent secret Gru le laissera s’échapper et sera renvoyé, tout comme sa femme, de l’agence où il travaille. Elément nouveau: Gru trouvera de l’aide en la personne de Dru, un frère jumeau tombé du ciel.

Rien de neuf sous le soleil (ou la pluie). Les péripéties se succèdent, sans laisser souffler le spectateur. Tout est raconté à un train d’enfer, et ce petit monde est maladivement bavard (choisir donc la version doublée plutôt que les sous-titres de la V.O.) Un univers artificiel déjanté, fait de voitures folles et aériennes, de paquebots circulant dans les rues de New York et d’avions qui se transforment en sous-marins. Un monde de folie constante et destructrice, de gags qui se veulent déjantés, le tout emballé dans une musique plutôt lourde, voire hard. On supporte non sans peine, en se demandant à qui le film peut s’adresser.

Antoine Rochat