Cherchez la femme

Affiche Cherchez la femme
Réalisé par Sou Abadi
Pays de production France
Année 2017
Durée
Musique Jérôme Rebotier
Genre Comédie
Distributeur frenetic
Acteurs Anne Alvaro, Félix Moati, Camélia Jordana, William Lebghil, Carl Malapa
Age légal 10 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 771
Bande annonce

Critique

Le film de la réalisatrice iranienne Sou Abadi démarre comme un drame familial et social: Armand (Félix Moati) et Leila (Camélia Jordana), tous deux étudiants à Sciences Po, projettent de partir ensemble à New York pour accomplir leur stage de fin d’études aux Nations Unies. Mais Mahmoud (William Lebghil), le frère aîné de Leila, revient d’un long séjour (au Yémen) qui a fait de lui un islamiste radical. Il s’oppose immédiatement à la relation amoureuse de sa sœur et décide de l’éloigner à tout prix d’Armand en la séquestrant chez lui.

Jusque-là, pas de problème, le ton est donné. Mais le film va prendre tout à coup une autre direction, moins attendue et plus comique aussi: Armand, pour s’introduire chez Mahmoud et revoir Leila, décide de se déguiser en femme et d’enfiler le voile noir intégral… Le lendemain, une certaine Schéhérazade, le visage voilé, sonne donc à la porte de Mahmoud et demande à rencontrer Leila (qui ne le reconnaît pas - son frère non plus -, mais reste intriguée). Les choses vont se compliquer: ladite jeune femme voilée ne va pas laisser Mahmoud indifférent… Les épisodes suivants sont à découvrir: interventions des deux familles, prises de position des amis (musulmans) d’Armand, confrontation entre partisans d’un islamisme radical et musulmans plus modérés.

Cherchez la femme se présente tantôt comme un constat social (description d’une société où la liberté est entravée), tantôt comme une comédie où situations peu claires, satire grinçante et comique de situation ont la part belle. Le mode de vie de certains musulmans est soumis à la critique, et les allusions à une forme d’intolérance religieuse sont évidentes: le propos de la réalisatrice Sou Abadi est de se positionner contre l’islamisme radical et pour l’émancipation de la femme.

Il est difficile pour un film de pratiquer le mélange des genres et Cherchez la femme n’échappe pas par moments à une certaine ambiguïté, voulue sans doute par la réalisatrice. Mais son premier long métrage est une œuvre réussie, et si les trajectoires des personnages peuvent parfois surprendre, l’œuvre garde une composante militante intéressante, en même temps qu’un ton plus léger aussi. Sa structure formelle est parfaitement maîtrisée, tant au niveau du jeu des acteurs que dans la construction du récit.

Antoine Rochat