Quelques minutes après minuit

Affiche Quelques minutes après minuit
Réalisé par Juan Antonio Bayona
Titre original A Monster Cllas
Pays de production U.S.A., Espagne, Canada, Grande-Bretagne
Année 2016
Durée
Musique Fernando Velázquez
Genre Fantastique, Drame
Distributeur Impuls
Acteurs Liam Neeson, Sigourney Weaver, Toby Kebbell, Felicity Jones, Lewis MacDougall
Age légal 12 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 760
Bande annonce

Critique

Connor (Lewis MacDougall), 12 ans, est  très affecté par l’état de santé de sa mère qui est atteinte d’un cancer. La situation s’aggrave de jour en jour et, de plus, le jeune garçon est victime des violences quotidiennes de ses camarades d’école. Le père n’est pas d’un grand secours et la grand-mère (Sigourney Weaver) mettra du temps à gagner la confiance de son petit-fils qui déprime. Chaque nuit à minuit, pour fuir son quotidien, Connor s’échappe dans  un monde imaginaire peuplé de créatures extraordinaires. C’est là qu’il va découvrir ce qu’on appelle le courage et l’acceptation d’une dure réalité.

Quelques minutes après minuit est l’adaptation d’un roman de Patrick Ness, écrivain anglo-américain spécialisé dans la littérature pour enfants. Le cinéaste espagnol Juan Antonio Bayona a disposé d’un budget assez considérable et n’a pas lésiné sur les effets spéciaux,  recourant aussi à la grosse artillerie du cinéma sentimental et à la manipulation des émotions du spectateur. L’histoire de Connor, pleine de cauchemars, est celle d’une rencontre entre un gamin et un arbre monstrueux qui apparaît à minuit à sa fenêtre, qui lui promet son aide, mais qui crache du feu, parle (par la voix de Liam Neeson) et lui raconte trois histoires terrifiantes de vilains personnages sans foi ni loi.

Dans ce film qui s’appuie sur un sujet sensible – l’acceptation de la mort d’une mère – le réalisateur ne va pas très loin dans la subtilité et a privilégié la confrontation de Connor avec son arbre-homme moralisateur. Les scènes sont souvent lourdes et répétitives et le spectateur se surprend à attendre impatiemment un dénouement – en l’occurrence la quatrième histoire racontée par Connor -  assez prévisible.

Quelques minutes après minuit comporte quelques scènes un peu plus légères, celles où des esquisses à l’aquarelle sont utilisées pour illustrer les histoires racontées par le monstre : ces quelques fables colorées détendent un peu l’atmosphère d’un film qui ne s’adresse sans doute pas à un (trop) jeune public. Voir les âges conseillés…

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 10
Georges Blanc 5
Anne-Béatrice Schwab 16
Philippe Thonney 12