Mal de pierres

Affiche Mal de pierres
Réalisé par Nicole Garcia
Pays de production France, Belgique
Année 2016
Durée
Musique Daniel Pemberton
Genre Drame
Distributeur frenetic
Acteurs Marion Cotillard, Louis Garrel, Brigitte Roüan, Alex Brendemühl, Victoire du Bois
Age légal 14 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 755
Bande annonce

Critique

Le nouveau film de Nicole Garcia est un mélodrame assumé avec beaucoup de délicatesse, une  œuvre qui se présente comme la parfaite illustration du romanesque. Dans son livre Mal di pietre (2006), Milena Agus donne vie à un personnage qui, justement, ne veut pas de cette vie et va passer des années à chercher un autre destin, un destin rêvé.

Nicole Garcia déplace l’histoire de Sardaigne en Provence. Gabrielle (Marion Cotillard), née dans la bourgeoisie paysanne, est devenue une adolescente révoltée, provocatrice, poussée par des pulsions intérieures incontrôlées. Dans les années cinquante, son comportement scandalise. Sa mère (Brigitte Roüan) la marie à José (Alex Brandemühl), un saisonnier qu’elle emploie, comptant sur lui pour dompter sa fille. Cela n’ira pas de soi.

Il n’y a pas grand-chose à dire de la mise en scène, classique et esthétique. Le décor joue entre les paysages vastes - la montagne en altitude ou la mer et son horizon lointain – et l’espaces réduit des chambres. Il illustre l’ampleur du désir, du besoin de liberté sans cesse ravalé à l’impression d’enfermement.

La direction d’acteurs est la plus franche réussite de Nicole Garcia. Tant Marion Cotillard qu’Alex Brandemühl donnent une intériorité puissante à leurs deux personnages. Elle qui poursuit maladivement une passion sans réponse, lui silencieux, tendu dans l’espoir que quelque chose change. Un troisième comédien, Philippe Garrel, apprend la retenue dans le rôle d’André, officier blessé à la guerre et inspirateur romantique de Gabrielle.

Ainsi pris en main, le scénario se déploie surtout dans l’observation de la jeune femme, son état psychologique ébranlé, sa sensibilité à vif, toujours prête à modifier la réalité au profit de ses rêves. Cela ne fait qu’agrandir le contraste entre elle et Juan dont la générosité est exemplaire. On ne se trompe pas de beaucoup quand, dès le début, on pressent que de lui seul peut venir l’apaisement.

Geneviève Praplan


Décidée à ne pas se laisser enfermer – au premier sens du terme –  par les siens, Gabrielle accepte d’épouser José, un ouvrier saisonnier. Souffrant de calculs rénaux, elle est envoyée en cure thermale en Suisse où elle rencontre André Sauvage, un militaire de retour d’Indochine. L’amour est au rendez-vous, mais est-il véritablement vécu ou seulement rêvé ? Avec délicatesse et sensibilité, Nicole Garcia explore l’intime d’une femme perturbé psychologiquement et incarnée avec conviction par Marion Cotillard. Toutefois, l’histoire de cette femme est aussi celle de son mari Léon Gardel) et de leur enfant. Le désir et le rêve d’une situation prend parfois une telle force que le rapport au réel s’en trouve affecté.

Flashback et scènes dédoublées permettent de saisir le travail de la mémoire, dont  la fonction est d’équilibrer les êtres parfois tout en les trompant. La réalisation sobre et soignée, portée par deux solides acteurs qui, heureusement, n’est rajoutent pas, souligne cet enjeu capital. Tiré d’un roman de Milena Agus, ce film explore l’espace qui s’ouvre lorsqu’une femme veut absolument aller jusqu’au bout de son rêve et s’y lover corps et âme jusqu’à en perdre la raison.

Serge Molla

Serge Molla

Appréciations

Nom Notes
Geneviève Praplan 12
Serge Molla 16
Anne-Béatrice Schwab 15
Philippe Thonney 9
Georges Blanc 16