Démons (Les)

Affiche Démons (Les)
Réalisé par Philippe Lesage
Pays de production Canada
Année 2015
Durée
Genre Drame
Distributeur inconnu
Acteurs Édouard Tremblay-Grenier, Pier-Luc Funk, Yannick Gobeil-Dugas, Vassili Schneider, Sarah Mottet
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 752
Bande annonce

Critique

Les démons est le premier film de fiction du cinéaste québécois Philippe Lesage, jusqu’à présent spécialisé dans le documentaire. Le héros, Félix, est un garçon de 10 ans ayant une vie que l’on peut qualifier de normale pour un gosse de son âge, entre son école et sa maison dans une banlieue tranquille. Ses démons à lui sont son amour innocent pour son institutrice, les relations tendues entre ses parents, sa peur irrationnelle du sida, entre autres. Il va ensuite se rendre compte que les démons peuvent aussi, parfois, quitter le monde des mauvais rêves enfantins et se retrouver dans le monde réel.

Les démons est une œuvre ambitieuse, particulièrement sur la forme. S’arrêtant longuement sur de nombreux personnages, les petites choses de la vie, les problèmes et les joies, la caméra, fixe et insistante, distille une ambiance intuitive et sensorielle. Le problème est que, pendant la première heure, cela est tout de même très long. Aux deux tiers du film arrive un évènement brutal et inattendu, faisant prendre au film une tout autre direction, et offrant même un dernier quart d’heure fascinant. Malheureusement lorsque ça arrive, c’est beaucoup trop tard.

Une chose est particulièrement réussie : le choix de la bande-son, constituée principalement de musique classique mais qui réussit par une magie inexplicable à créer pendant la première partie un malaise sourd et indéfini qui mènera au tournant du film. Bien choisis, les acteurs de tous âges (surtout le jeune héros et le français Laurent Lucas qu’on a plaisir à retrouver) sont talentueux. Mais voilà, le piège était énorme : à force de vouloir traiter trop de sujets différents, on ne va réellement au bout d’aucun d’entre eux, ce qui participe au sentiment que l’on a d’avoir vu un film à la fois long et pas totalement abouti.

 

 

Philippe Thonney

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 12