Fils de Jean (Le)

Affiche Fils de Jean (Le)
Réalisé par Philippe Lioret
Pays de production France, Canada
Année 2015
Durée
Musique Flemming Nordkrog
Genre Drame
Distributeur pathefilms
Acteurs Gabriel Arcand, Pierre Deladonchamps, Pierre-Yves Cardinal, Catherine de Léan, Marie-Thérèse Fortin
Age légal 10 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 751
Bande annonce

Critique

Lorsque, ce matin-là, Matthieu (Pierre Deladonchamps) reçoit un coup de fil du Canada, il ne s’attend pas à faire en trois jours la découverte de tant de secrets de famille. Ne sachant pas en effet qui est son père biologique, il apprend alors que celui-ci vient de mourir. Découvrant aussi qu’il a deux frères, il décide de se rendre à Montréal pour l’enterrement de ce père qu’il n’a jamais connu, ainsi que pour faire la connaissance de cette famille.

Au Canada, Matthieu est accueilli par Pierre (Gabriel Arcand), le meilleur ami du défunt, qui étonnamment lui déconseille de se faire connaître de ses deux demi-frères. Il part ainsi avec cet ami à la découverte posthume et fragmentaire de son père, à propos duquel il ne sait rien d’autre que ce que lui raconte son guide improvisé et ce que lui apprend la rencontre fortuite avec ses deux demi-frères. Son envie et son enthousiasme presque infantile à la perspective de retrouver une famille va se heurter à la réalité, laquelle s’accorde rarement avec le fantasme. A la vision idéalisée d’une famille avenante se substitue celle, réelle, d’une famille désunie par les secrets et les non-dits.

C’est dans cette progression à l’aveugle que Lioret filme comme un thriller, à la manière de Sautet, que résident l’intérêt et la magie de ce film. «Le cinéma a une telle force d’immersion que, si l’on parvient à s’identifier aux personnages, ils nous embarquent avec eux.» Ces mots du réalisateur, qui a trouvé son inspiration pour ce film dans un roman de Jean-Paul Dubois, expliquent la dimension émotionnelle qui habite cette œuvre. Débarrassés de quelques scories, telles que les scènes réalisées dans la salle de billard ainsi qu’une bagarre inutile, ce film, qui bénéficie de l’interprétation d’un Gabriel Arcand à l’immense sensibilité, serait l’une des belles découvertes de cet été.

Georges Blanc

Appréciations

Nom Notes
Georges Blanc 15
Geneviève Praplan 15
Antoine Rochat 17