Alice de l’autre côté du miroir

Affiche Alice de l’autre côté du miroir
Réalisé par James Bobin
Titre original Alice Through the Looking Glass
Pays de production U.S.A.
Année 2016
Durée
Musique Danny Elfman
Genre Fantastique, Comédie
Distributeur waltdisney
Acteurs Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Anne Hathaway, Sacha Baron Cohen, Mia Wasikowska
Age légal 8 ans
Age suggéré 10 ans
N° cinéfeuilles 747
Bande annonce

Critique

Après avoir parcouru les mers pendant plusieurs années, Alice (Mia Wasikowska) revient au pays pour découvrir que malheureusement son héritage a été récupéré par son cousin, relativement détestable. En butte à un monde d’hommes engoncé dans ses traditions, elle se retrouve privée de tout soutien, y compris celui de sa mère. C’est alors que surgit un papillon bleu, bien connu d’elle, qui l’entraînera de l’autre côté du miroir vers le monde merveilleux qui l’avait accueillie plus jeune. Cette fois, il s’agit d’aider le Chapelier (Johnny Depp), devenu encore plus fou qu’avant.

Le début de Alice de l’autre côté du miroir (adaptation du roman de Lewis Caroll dont il n’emprunte que le nom) laisse pendant de trop courtes minutes espérer un film à la hauteur de son héroïne, un parcours au cœur de l’absurde qui permettrait à Alice de déployer sa force morale et sa perséverance. Toutefois, après avoirpasser à travers le miroir et vu disparaître le papillon Absalom (la magnifique voix du magnifique Alan Rickman participe heureusement à la seule bonne partie du film), Alice – et le spectateur avec elle – se retrouve prise dans une intrigue de la plus grande banalité, malgré l’univers enchanté dans lequel elle se déroule. Passent encore le message dégoulinant de bons sentiments du film – « la famille c’est l’essentiel car on en a qu’une seule » -, la musique omniprésente et en aucun cas subtile – pourtant de Danny Elfman ! – , la 3D inutile – quand ne l’est-elle pas ? – . Le plus triste est de constater qu’Alice, une fois dépassées les vingt premières minutes du film, n’est plus qu’un élément prétexte qui subit les nombreux rebondissements attendus d’une aventure sans réelle profondeur. Mia Wasikowska a beau être une actrice excellente, elle ne peut transcender un scénario aussi plat, ni un personnage aussi peu dessiné. Hollywood a décidément encore du chemin à faire pour ce qui est des héroïnes féminines...

Adèle Morerod

Appréciations

Nom Notes
Adèle Morerod 7