Divergente 3 : Au-delà du mur

Affiche Divergente 3 : Au-delà du mur
Réalisé par Robert Schwentke
Titre original The Divergent Series : Allegiant
Pays de production U.S.A.
Année 2016
Durée
Musique Joseph Trapanese
Genre Science fiction, Aventure, Action
Distributeur elitefilms
Acteurs Jeff Daniels, Miles Teller, Shailene Woodley, Theo James, Ansel Elgort
Age légal 14 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 742
Bande annonce

Critique

A l’image d’autres séries comme Twilight ou Hunger Games qui, n’en finissant pas de finir, ont séparé un roman en deux films histoire de doubler les entrées et les recettes, Divergente 3: Au-delà du mur est le premier des deux films reprenant la trame du dernier volet de la trilogie littéraire écrite par l’américaine Veronica Roth. La conclusion définitive arrivera l’année prochaine. On se demande bien pourquoi deux longs métrages étaient nécessaires, tant le scénario de ce film est vide et le résultat inintéressant, assommant et interminable.

Dans ce futur post-apocalyptique, nos héros, avec à leur tête la jeune Tris (copie conforme de la Katniss d’ dans un contexte qui en est quasiment un copier-coller) doivent franchir le mur bionique entourant la ville de Chicago qui n’est plus que ruines, découvrir le monde hostile, faire le tri entre les humains dits «purs» et ceux dits «défectueux», tout en tâchant d’empêcher le début d’une gigantesque bataille menaçant de détruire l’humanité… On l’aura compris, on est ici dans la science-fiction la plus outrancière, exclusivement destinée au public adolescent.

Le réalisateur Robert Schwentke, en habitué de l’action et des caméras tournoyantes, signe certes une mise en scène solide. Les effets spéciaux fourmillent, accompagnés d’hologrammes par centaines. Il ne doit pas y avoir dans tout le film plus de dix plans qui ne soient pas trafiqués d’une manière ou d’une autre. Tout ça est techniquement très réussi, mais pour raconter quoi? Assommé par la vacuité du propos et l’inertie des acteurs qui n’ont eux-mêmes pas l’air d’y croire, le spectateur ne cesse de trouver le temps long, très long.

 

Philippe Thonney

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 6