Célibataire, mode d’emploi

Affiche Célibataire, mode d’emploi
Réalisé par Christian Ditter
Titre original How to be Single
Pays de production U.S.A.
Année 2016
Durée
Musique Fil Eisler
Genre Comédie
Distributeur foxwarner
Acteurs Leslie Mann, Rebel Wilson, Dakota Johnson, Alison Brie, Damon Wayans Jr.
Age légal 14 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 741
Bande annonce

Critique

Alice (Dakota Johnson) débarque chez sa grande sœur Meg (Leslie Mann), obstétricienne à Manhattan. Elle vient de rompre avec son petit ami Josh (Nicholas Braun) et veut vivre une vraie vie de célibataire. Dans le cabinet d’avocats où elle a trouvé du travail elle fait la connaissance de Robin (Rebel Wilson), une opulente collègue assez dragueuse qui défend avec force son statut d’indépendance amoureuse.

Un soir, après une virée dans un bar, Alice passe la nuit avec Tom (Anders Holm), le propriétaire de la boîte, mais l’histoire ne dure guère: Tom se refuse à tout engagement et en pince déjà pour une autre, Lucy (Alison Brie), une cliente qui passe son temps à chercher une âme sœur sur les sites de rencontre. Pour en revenir à Meg – voir plus haut, il y a du monde! – elle cache sa grossesse à Ken (Jake Lacy), un soupirant beaucoup plus jeune qu’elle. Et pour en terminer avec Alice qui se remet de sa rupture avec Josh (recasé ailleurs), elle tente sa chance auprès de David (Damon Wayans Jr.), un jeune père veuf… Et ça pourrait continuer comme ça… Du monde il y en a donc. Un monde plus ou moins réfractaire à tout engagement sentimental : entre flirts par SMS et libertinage, chassés-croisés et aventures sans lendemain, les quatre protagonistes féminins donnent l’impression de chercher à donner un sens au mot «célibataire», en se demandant s’il existe une bonne et une mauvaise façon de l’être, tout en étant souvent incapables d’en assumer le «statut».

Le cinéaste américain Christian Dritter s’est inspiré dit-on d’un livre de Liz Tuccillo et en a adopté le point de vue féminin.

Célibataire, mode d’emploi débute sous la forme d’une farce, mais prend par la suite celle d’une romance dramatique à multiples personnages. Le film irrite assez vite par sa prétention à vouloir expliquer ou prouver on ne sait trop quoi, et l’intrigue reste confuse. Les héroïnes ne sont guère convaincantes, les leçons de vie sont banales, les bonnes intentions tournent court. Les cheminements de chacune, les dialogues incessants et la trame sonore – on passe beaucoup de temps dans les discothèques - s’avèrent lassants. Quelques ruptures de ton et de rythme bienvenues tentent de redynamiser le récit, mais sans grand succès. L’humour souvent vulgaire et la réalisation très convenue reprennent vite le dessus. Et la conclusion, assez appuyée et un tantinet moralisatrice, n’arrange rien.
Not

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 7
Nadia Roch 0