Agents très spéciaux - code U.N.C.L.E

Affiche Agents très spéciaux - code U.N.C.L.E
Réalisé par Guy Ritchie
Titre original Man from U.N.C.L.E
Pays de production U.S.A.
Année 2015
Durée
Musique Daniel Pemberton
Genre Espionnage, Action, Comédie
Distributeur foxwarner
Acteurs Henry Cavill, Armie Hammer, Alicia Vikander, Elizabeth Debicki, Luca Calvani
Age légal 12 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 731
Bande annonce

Critique

On est en 1963, à Berlin, en pleine «guerre froide». L’agent de la CIA Napoleon Solo (Henry Cavill) est contraint de collaborer avec un agent du KGB, Illya Kouriakine (Armie Hammer). Avec un profil professionnel très contrasté, ils s’engagent dans une mission conjointe, celle de mettre hors d’état de nuire une bande internationale de criminels bien décidés à ébranler le fragile équilibre mondial des années 60 en favorisant la prolifération de la technologie et des armes nucléaires.

Pour l’heure Solo et Kouriakine n’ont qu’une piste : une jeune Allemande, Gaby Teller (Alicia Vikander), fille d’un scientifique (appelé Docteur de l’Apocalypse), ancien nazi porté disparu et seul homme susceptible de pouvoir infiltrer l’organisation mafieuse. Agents très spéciaux – code  U.N.C.L.E. est une adaptation cinématographique d’une série télévisée, Des agents très spéciaux, diffusée entre septembre 1964 et janvier 1968 sur le réseau NBC (avec Robert Vaughn et David MacCallum). Le film de Guy Richtie restitue quelques épisodes de cette série, adoptant le ton standardisé des thrillers d’action, tout en laissant apparaître, ici ou là, un ou deux passages plus légers et quelques touches humoristiques. Les acteurs s’acquittent honorablement de leurs tâches, avec une mention toute particulière à Elizabeth Debicki qui interprète le rôle de Victoria Vinciguerra (sic!), belle chipie et tête pensante de l’organisation criminelle. Tout en cédant à la facilité – on a droit bien sûr aux sempiternelles courses poursuites et aux inévitables fusillades – le réalisateur est parvenu, dans quelques séquences, à trouver la bonne distance vis-à-vis des personnages et des événements. Mais le thème central – empêcher un cataclysme planétaire – commence vraiment à être rebattu. L’histoire s’éternise, la musique martèle le tout tandis que l’écran, morcelé par instants, tente sans succès de fixer l’attention du spectateur.

Voilà un film très formaté, qui applique banalement les règles du genre. On ne dévoilera pas la fin des aventures, sauf pour dire que les deux compères reçoivent une autre mission à accomplir. A bientôt donc sur les écrans…

Serge Molla

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 9
Anne-Béatrice Schwab 12
Philippe Thonney 13