Amnesia

Affiche Amnesia
Réalisé par Barbet Schroeder
Pays de production Suisse, France
Année 2015
Durée
Musique Lucien Nicolet
Genre Drame
Distributeur praesensfilm
Acteurs Bruno Ganz, Marthe Keller, Max Riemelt, Joel Basman, Corinna Kirchhoff
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 729
Bande annonce

Critique

Avec Amnesia Barbet Schroeder choisit un genre cinématographique particulier, celui du récit à connotations autobiographique et historique. Il ne parle pas directement de lui-même, mais dresse un portrait discret de sa mère, prétexte à un retour à Ibiza où il avait tourné son premier film More en 1969. Comme s’il voulait boucler la boucle…

On est donc à Ibiza, en 1990. Jo (Max Riemelt), 20 ans, débarque de Berlin. Il est musicien et compte bien faire partie de la révolution électronique qui s’annonce. Il rêve d’être engagé comme DJ dans le club-électro très connu «L’Amnesia». Une Allemande septuagénaire, Martha (Marthe Keller), vit seule à Ibiza depuis 40 ans, dans une villa de rêve face à la mer, tout près de chez Jo. Une nuit celui-ci frappe à sa porte: il s’est blessé à une main et cherche des soins. Tous deux vont devenir amis, tandis que l’on découvre des choses mystérieuses concernant la vie de Martha: qu’est-ce que ce violoncelle dont elle ne joue plus ? et pourquoi refuse-t-elle de parler allemand? La solitude de Martha commence à intriguer Jo. Un lien profond va s’établir entre elle et lui.

Dès lors le film ressemble à une histoire d’amour inhabituelle dans laquelle s’inscrit une réflexion sur le passé et le présent de l’Allemagne, sur les années 40 et les séquelles du nazisme. Schroeder revient sur l’histoire de son pays, sur son évolution jusqu’en 1990: peut-on (doit-on) oublier le passé? Faut-il le fuir? Y a-t-il une cicatrisation possible des blessures causées par le nazisme et la guerre? Tout cela à travers les récits de Martha et à travers ceux d’autres membres de sa famille et de quelques amis. Le sujet est sans aucun doute intéressant, mais la mise en scène ne soutient pas toujours la réflexion. Une réflexion qui, par ailleurs, met du temps à trouver sa place. Le cinéaste peine à entretenir la curiosité, le scénario est sans grande surprise et l’émotion peu présente. Tandis qu’Amnesia cligne parfois de l’œil en direction des beaux décors d’Ibiza, les confrontations verbales entre les personnages sont comme neutralisées, malgré les qualités du jeu (retenu) des acteurs.

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 12
Nadia Roch 12
Anne-Béatrice Schwab 14
Georges Blanc 12