L’Enquête

Affiche L’Enquête
Réalisé par Vincent Garenq
Pays de production France, Belgique, Luxembourg
Année 2013
Durée
Musique Erwann Kermorvant
Genre Thriller
Distributeur agorafilms
Acteurs Florence Loiret-Caille, Charles Berling, Gilles Lellouche, Laurent Capelluto, Christian Kmiotek
Age légal 10 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 718
Bande annonce

Critique

On est en 2001. Le journaliste Denis Robert (Gilles Lellouche) met le feu aux poudres dans le monde de la finance en dénonçant le fonctionnement opaque de la société bancaire Clearstream. Sa quête de vérité pour tenter de démêler et de révéler les dessous de l’affaire de la vente des frégates à Taiwan va rejoindre l’enquête du juge Renaud Van Ruymbeke (Charles Berling), très engagé contre la corruption. Leurs chemins vont les conduire au cœur d’une machination politico-financière baptisée «L’affaire Clearstream» qui va secouer la Ve  République. Quant au journaliste Denis Robert, il va très sérieusement mettre en péril sa carrière.

A priori, tout ce qui touche aux enquêtes policières et aux affaires judiciaires intéresse les lecteurs et le public, voir le succès des séries TV et des films du genre auprès des spectateurs. Et d’autant plus si le sujet est inspiré de faits réels. C’est le cas de cette enquête qui, de plus, met en scène des personnalités connues du monde politique et juridique comme le juge Van Ruymbeke, Dominique de Villepin, Arnaud Montebourg, ainsi que l’actuel président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui était à l’époque ministre des finances du Luxembourg.

En s’intéressant à une page d’histoire, le réalisateur affiche son goût pour les faits de société et leurs conséquences. Dans la pure tradition des films-dossiers, le scénario suit donc d’abord un personnage en quête de vérité absolue et refusant les compromis faciles, et l’on est subjugué par les révélations qui nous sont proposées. Avouons pourtant que l’intérêt s’émousse lorsque s’emballe la structure du film, quand le réalisateur cherche à tisser des liens diffus entre différents dossiers judiciaires. A force d’être submergé par la somme d’informations dégoupillées, et malgré les qualités de ce film, on reste quelque peu sur sa faim.

Georges Blanc

Appréciations

Nom Notes
Georges Blanc 13
Daniel Grivel 12
Geneviève Praplan 12