Les vacances du petit Nicolas

Réalisé par Laurent Tirard
Titre original Les vacances du petit Nicolas
Pays de production France
Année 2014
Durée
Musique Eric Neveux
Genre Comédie, Famille
Distributeur pathefilms
Acteurs Valérie Lemercier, Kad Merad, François-Xavier Demaison, Dominique Lavanant, Mathéo Boisselier
Age légal 6 ans
Age suggéré 8 ans
N° cinéfeuilles 706
Bande annonce (Allociné)

Critique

Le discours du directeur semble s’adresser à une armée victorieuse. Aucun écolier ne l’écoute, sinon les derniers mots: «Bonnes vacances». Pour le petit Nicolas (Mathéo Boisselier), cet été ne sera pas comme les précédents. Pour la première fois, ses parents (Kad Merad et Valérie Lemercier) ont renoncé à la montagne au profit de la mer. Et ils y amèneront Mémé (Dominique Lavanant). Juillet et août s’y dérouleront dans le ton du vaudeville, tandis que Paris au mois d’août va s’étirer dans la solitude et l’ennui, comme le chantait si bien Charles Aznavour.

Ecrit à partir de 1959 par René Goscinny, illustré par Sempé, «Le petit Nicolas» fait partie des classiques de la littérature de jeunesse. En 2009, histoire d’en fêter le cinquantième anniversaire, le réalisateur français Laurent Tirard l’a adapté pour le cinéma. Ce deuxième épisode rend hommage à Bernadette Lafont et Michel Duchaussoy, disparus alors qu’ils allaient allait prendre le rôle, respectivement, de Mémé et du directeur d’école.

Vu du début du XXIe siècle, ce deuxième épisode présente de jolis effets rétrospectifs; la théorie de voitures coincées dans les bouchons n’en est pas la moindre.  Mais l’humour, certainement charmant pour l’époque, est aujourd’hui un peu fané et les fausses situations trop convenues. Lorsque le petit Nicolas tente une esquive pour éviter le retour à la maison, le ton devient franchement pénible.

Les meilleurs moments se situent dans la reconstitution, joyeuse découverte des années soixante pour le plus jeunes. Quant aux plus âgés, ils en profiteront peut-être pour raconter à leurs enfants ce que furent les années soixante et comment eux-mêmes vivaient leurs vacances à ce moment-là. Le «de mon temps» peut avoir du charme.

Geneviève Praplan

Appréciations

Nom Notes
Geneviève Praplan 9
Daniel Grivel 12
Anne-Béatrice Schwab 14
Nadia Roch 8