Puppylove

Affiche Puppylove
Réalisé par Delphine Lehericey
Pays de production Belgique, France, Luxembourg, Suisse
Année 2013
Durée
Musique David Baboulis, Charlotte Maison
Genre Drame
Distributeur filmcoopi
Acteurs Vincent Perez, Jan Hammenecker, Martin Nissen, Solène Rigot, Audrey Bastien
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 699
Bande annonce

Critique


A quatorze ans, Diane (Solène Rigot) est plutôt du genre renfermé. Ellevit avec son père (Vincent Perez) et son petit frère. Débarque dans lequartier une jeune Anglaise un peu plus âgée qu'elle, Julia (AudreyBastien), libre et affranchie, qui se met à draguer à qui mieux mieuxpour passer le temps. Elle embarque Diane dans ses aventuresamoureuses. Pour Julia, tout est bon à séduire et à prendre. Diane,elle, n'a qu'une idée, celle des'arracher à l'enfance et de faire sespremières expériences sexuelles le plus vite possible.
Dans son premier film de fiction, la cinéaste (documentariste) DelphineLehericey dit avoir voulu «toucher au plus près le moment fugitif aucours duquel le corps et l'état intérieur nous font basculer del'enfance à l'âge adulte». Objectif atteint? Pas sûr. D'abord parceque l'environnement familial de Diane est pour le moins délétère (pasde mère, un pèretype «ado attardé» peu responsable), ensuite parceque le personnage de Julia, par son caractère absolu, frise lacaricature, et enfin parce que le rôle de Diane est tenu par une
actrice qui a nettement plus que quatorze ans... La crédibilité dupropos en prend un coup.
Puppylove s'enlise assez vite dans la description des relationssexuelles des deuxhéroïnes avec des hommes rencontrés plus ou moinsfortuitement. Qu'importent les partenaires, les conséquences des actesou les limites de l'expérimentation: Julia et Diane ne se posent pasde questions. Sinon une fois les actes accomplis.
Ni drame, ni comédie, ni constat social, Puppylove n'adopte aucunpoint de vue. Le spectateur n'est là que pour regarder et suivre lesébats successifs des deux demoiselles. La mise en scène du film estsimple et frontale, l'intrigue toute linéaire, sans surprises, la réalisatrice se limitant à observer la fragilité de Diane, entraînéepar les frasques et les dérives de son amie.

Serge Molla

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 6
Daniel Grivel 1
Georges Blanc 1
Philippe Thonney 3