Son épouse

Réalisé par Michel Spinosa
Pays de production France
Année 2013
Durée
Genre Drame
Distributeur praesensfilm
Acteurs Charlotte Gainsbourg, Yvan Attal, Janagi, Mahesh, Laguparan, Nirupama Nitiyanandan
Age légal 14 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 698

Critique

Le jour de son mariage, Gracie (Janagi), Tamoule vivant près de Madras, est secouée par des troubles psychiques violents. Elle ne se remet pas de la mort de son amie Catherine (Charlotte Gainsbourg), noyée à la suite d’une surdose de drogue. Lorsque le mari de Catherine (Yvan Attal) arrive en Inde pour tenter de comprendre ce qui s’est passé, il est bouleversé par la maladie de Gracie que les siens disent possédée.

Il ne faut pas chercher  la vraisemblance, mais se laisser guider par cette histoire dans les domaines confus de la psychologie. C’est ce que semble attendre de son public Michel Spinosa, réalisateur qui se plaît à cerner les recoins de l’âme. Dès lors, le décor s’impose, celui d’une Inde catholique mais que les dieux locaux sont loin d’avoir abandonnée. C’est là que le réalisateur marque un point, évitant de juger et montrant plutôt bien qu’il est facile de donner un sens ésotérique  à un trouble psychique.

Toutefois, derrière la possession et la folie, il y a un homme éprouvé, rongé par un sentiment de culpabilité, qui cherche à se retrouver. Et face à son drame, l’exotisme ne se présente que comme une façon de s’attacher le spectateur. Mais pourquoi pas, du moment que les sentiments sont justes et l’empathie forte. La découverte de rites ancestraux et  de leur pouvoir sur les populations vaut bien les blablas d’une comédie frivole sur les émois conjugaux.

Michel Spinosa réussit, en tout cas, à placer un rebondissement chaque fois que le récit s’enlise. On peut toutefois lui reprocher de ne pas choisir entre Gracie et Catherine, entre la France et l’Inde; de quelle femme veut-il raconter l’histoire et de quel pays veut-il parler?

Geneviève Praplan

Appréciations

Nom Notes
Geneviève Praplan 12
Georges Blanc 10