Belle et la Bête (La)

Affiche Belle et la Bête (La)
Réalisé par Christophe Gans
Pays de production France, Allemagne
Année 2014
Durée
Musique Pierre Adenot
Genre Fantastique, Romance
Distributeur pathefilms
Acteurs André Dussollier, Vincent Cassel, Eduardo Noriega, Léa Seydoux, Myriam Charleins
Age légal 8 ans
Age suggéré 10 ans
N° cinéfeuilles 696
Bande annonce

Critique

Christophe Gans aime le fantastique et les grosses productions (Silent Hill, 2006), Le pacte des loups, 2001). «La Belle et la Bête», conte publié par Gabrielle de Villeneuve en 1740, lui offre les deux, tout en l’éloignant du chef-d’œuvre de Cocteau (1946, avec Jean Marais). Il a préféré écrire «une nouvelle adaptation» de l’histoire. «En lisant le livre, j’ai noté les passages que Cocteau avait laissés en friche. Il a laissé beaucoup de portes entrouvertes, je m’y suis engouffré pour ma version.»

Le récit classique, Belle face à la Bête qu’elle apprend peu à peu à respecter, se trouve dès lors gonflé par une histoire de famille dont tous les membres ne sont pas les êtres les plus délicieux. Le château de la Bête va subir les assauts de coquins avides de richesses. Les siècles se superposent: le Premier Empire pour la génération de la Belle et la Renaissance pour celle de la Bête. Bref, tout cela laisse entrevoir le danger de surcharge, d’autant plus que le film est entièrement tourné en studio…

Et c’est bien  ce qui se passe. Décors et costumes sont foisonnants, les effets écrasent tout, la musique gronde entre les coups de tonnerre…. Vraiment, ce rococo numérique n’est pas une réussite; finalement, l’essentiel se perd sous les branches tentaculaires de la forêt, comme sous-ramification de l’histoire.
Quelle histoire, au fond? Celle de la rencontre entre deux êtres que tout oppose -il est laid, elle est belle. Un tête-à-tête intime, une confrontation mise au service d’un renversement des valeurs: mieux valent l’intelligence et l’amour que la beauté et la richesse. C’est ce que font oublier les excès visuels et thématiques de cette nouvelle version.

Geneviève Praplan

Appréciations

Nom Notes
Geneviève Praplan 9
Georges Blanc 10
Daniel Grivel 8
Anne-Béatrice Schwab 11
Nadia Roch 5