Moi et toi

Affiche Moi et toi
Réalisé par Bernardo Bertolucci
Titre original Io e te
Pays de production Italie
Année 2012
Durée
Musique Franco Piersanti
Genre Drame
Distributeur cinemathequesuisse
Acteurs Sonia Bergamasco, Tommaso Ragno, Jacopo Olmo Antinori, Tea Falco, Veronica Lazar
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 690
Bande annonce

Critique


Moi et toi est un film qui fait très plaisir, et pour plusieurs raisons. Déjà parce que le dernier film que nous avait proposé Bernardo Bertolucci, l’excellent Innocents , remonte à dix ans, et que depuis on n’avait pas eu de nouvelles du grand artiste italien. Des nouvelles, d’ailleurs, on pensait ne plus jamais en avoir, à force d’entendre de persistantes et alarmistes rumeurs sur son état de santé ou de le voir, comme à Cannes en 2011, fatigué et en fauteuil roulant.
De plus, ce film est le premier qu’ait tourné Bertolucci depuis 30 ans en italien. Les deux héros sont des ados, d’une part Lorenzo (Jacopo Olmo Antinori), 14 ans, mal dans sa peau, mal à l’aise avec  ses parents comme avec ses camarades de classe, qui, faisant croire à sa mère qu’il est en camp de ski avec son école, décide de penser à lui pendant une semaine, et de vivre dans la cave de son immeuble, seul et comme il l’entend, entouré de livre, de musique… et de fourmis. La visite de sa demi-sœur Olivia (Tea Falco), 25 ans, seule et droguée, commence par le gêner. Mais cette cohabitation forcée va leur permettre de se connaître, de partager leurs espoirs et leurs angoisses, de s’aider mutuellement, et peut-être enfin de renaître à la vie.
Bertolucci, qui n’a jamais ménagé les nerfs ni les susceptibilités du public dans le choix de ses thèmes, explique en interview que la sagesse est venue avec l’âge, et que bien qu’il ait passé les 70 ans, l’énergie et la volonté des jeunes d’aujourd’hui le fascinent. Il réussit avec Moi et toi un film magnifique, grâce à un scénario subtil et délicat, et au talent de ses deux jeunes interprètes ; Jacopo Antinori, qui pourrait être le portrait craché de Malcolm McDowell à 14 ans, et qui semble sorti tout droit d’un film de Pasolini, et Tea Falco, qui joue la détresse et l’espoir avec retenue et émotion.
Alors bien sûr, le scénario n’est pas toujours très réaliste. Difficile d’imaginer que ces deux jeunes puissent passer plusieurs jours dans cette cave sans se faire repérer. Difficile également de croire au sevrage très rapide de la jeune fille. Mais cela n’est en rien préjudiciable pour le film, qui devient une fable intimiste, touchante et pleine d’espoir. Avec en plus une bande-son brillamment choisie.

Philippe Thonney

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 18
Daniel Grivel 17
Geneviève Praplan 15
Anne-Béatrice Schwab 18