Kick-Ass 2

Affiche Kick-Ass 2
Réalisé par Jeff Wadlow
Titre original Kick-Ass 2
Pays de production U.S.A.
Année 2013
Durée
Musique Henry Jackman, Matthew Margeson
Genre Action, Comédie
Distributeur universal
Acteurs Jim Carrey, John Leguizamo, Christopher Mintz-Plasse, Aaron Taylor-Johnson, Chloë Grace Moretz
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 685
Bande annonce

Critique

À partir des années 50, les Comics américains, étant vendus dans des boutiques spécialisées et non soumis à la censure, sont allés beaucoup plus loin que le cinéma dans les domaines de la science-fiction, de l'érotisme ou de l'épouvante. De cette époque date l'apparition de nombreux personnages, repris plus tard par la télévision et le cinéma (Les contes de la crypte, Hulk, Spiderman et autres Superman). Ces bandes dessinées servaient d'exutoire à un public amateur d'outrance et de sensations fortes.

Car on est bien dans l'outrance, en découvrant, dans ce second volet de Kick-Ass, ces jeunes super-héros amateurs livrant un combat contre ces super-vilains abrutis. Les bons s'appellent Kick Ass, Night Bitch, Insect Man, et les méchants Motherfucker, The Tumor ou Genghis Carnage. Le tout saupoudré d'un patriotisme étasunien aujourd'hui fort désuet: le gentil colonel Stars and Stripes opposé à la diabolique Mother Russia... En dehors de ça, quelques traits d’humour, pas toujours très fin, peuvent faire sourire.

Quelques semaines après le tournage, en décembre 2012, eut lieu le carnage de l'école primaire de Sandy Hook, faisant une trentaine de victimes, dont de nombreux enfants. A la suite de quoi Jim Carrey (qui a incarné le colonel Stars and Stripes) déclara publiquement que cet événement lui avait fait prendre conscience qu'il désapprouvait la violence du film et que, sans le renier, il en abandonnait toute la promotion. Alors il est vrai que dans les scènes de bagarres, et principalement lors de la gigantesque baston finale, la violence est gratinée. Mais elle est tellement diluée dans le vocabulaire outrancier, l'humour potache, la surenchère, le montage saccadé et la bande-son assourdissante que tout cela devient finalement plus ennuyeux qu'autre chose.

Nadia Roch

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 9
Daniel Grivel 8
Anne-Béatrice Schwab 5