Hobbit: un voyage inattendu (Le)

Affiche Hobbit: un voyage inattendu (Le)
Réalisé par Peter Jackson
Pays de production U.S.A., Nouvelle-Zélande
Année 2012
Durée
Musique Howard Shore
Genre Fantastique, Aventure
Distributeur Fox-Warner
Acteurs Ian McKellen, Martin Freeman, Ken Stott, Richard Armitage, Graham McTavish
Age légal 14 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 671
Bande annonce

Critique

Quand une série cinématographique a du succès, on propose volontiers un «prequel». C’est ainsi que, après sa très profitable trilogie, Peter Jackson met en images l’ouvrage précédent de J. R. R. Tolkien, Bilbo le Hobbit, livre pour enfants dont le succès entraîna la rédaction de LE SEIGNEUR DES ANNEAUX. Ayant atteint un âge assez avancé, Bilbon Sacquet (Ian Holm) savoure paisiblement sa retraite dans son douillet terrier et se souvient de sa première aventure. Alors jeune hobbit (Martin Freeman), petit bonhomme aux grands pieds velus aimant le confort et la bonne chère, il est arraché à sa quiétude par Gandalf le Gris (Ian McKellen), magicien appelé au secours par treize nains qui veulent récupérer leur royaume perdu d’Erebor, dévasté par le terrible dragon Smaug. Sans enthousiasme, il traverse avec ses compagnons des pays hostiles grouillant de goblins, d’orcs, d’ouarcs et autres monstres redoutables. Sa rencontre avec Gollum (Andy Serkis), étrange créature quelque peu schizo, lui permet de s’emparer d’un anneau magique. Il se découvre une astuce et une bravoure insoupçonnées.

Réalisateur multioscarisé, budget colossal, gigantesque feu d’artifice, distribution pléthorique (à tel point que Cate Blanchett, Ian Holm et Christopher Lee sont en relégation...), LE HOBBIT suscite une marée de superlatifs. Le soussigné, qui a découvert la traduction française à sa parution en 1969, a apprécié les décors, notamment le terrier si minutieusement décrit par Tolkien; sur le reste, son imaginaire laminé par les illustrations jacksoniennes, il n’a pas grand-chose à dire. Le film est trop long, il concède beaucoup de temps à d’interminables et tonitruantes scènes de castagne (on peut supposer que, vu leur coût, il fallait amortir les monstres automatisés des précédentes productions...) Il y a certes quelques séquences d’anthologie, mais le souffle de la mythologie et de l’épopée imaginées par l’éminent philologue anglais n’est pas au rendez-vous.

Note: 10

Daniel Grivel

Appréciations

Nom Notes
Georges Blanc 10
Daniel Grivel 10
Anne-Béatrice Schwab 14