Ivresse de l'argent (L')

Affiche Ivresse de l'argent (L')
Réalisé par Im Sang-soo
Pays de production Corée du Sud
Année 2012
Durée
Musique Kim Hong-jip
Genre Drame
Distributeur inconnu
Acteurs Kim Kang-woo, Yun-Shik Baek, Yun Yeo-Jung, Hyo-jin Kim, Maui Taylor
N° cinéfeuilles 659
Bande annonce

Critique

Ce long métrage peut être considéré comme la suite de THE HOUSEMAID, réflexion sur la hiérarchisation des classes sociales. Il s’ouvre par la vue d’une chambre forte où reposent des palettes de billets de banque et d’un jeune homme remplissant deux mallettes de liasses. Invité à en empocher quelques-unes («Tout le monde le fait...»), il y renonce. C’est que Joo Young-jak, secrétaire particulier de Madame Baek, richissime dirigeante d’un empire industriel, est une sorte de pur qui doit bien manœuvrer pour naviguer sur un flot de pouvoir, d’argent («De l’argent propre, ça n’existe pas...») et de sexe, dans un monde feutré où tout est luxe et volupté et où tout se fait en catimini (la somptueuse maison familiale est truffée de caméras cachées et la patronne hante une chambre secrète d’écoute... Le fils, magouilleur de première, sort de prison; le mari, grand cavaleur, espère pouvoir divorcer pour épouser une séduisante domestique philippine.

Comment «arriver» en restant propre dans une société où l’argent va de pair avec le mépris? Après avoir été quasiment violé par sa patronne, Joo Young-jak se laisse dangereusement enivrer par l’argent, mais sera sauvé par la fille de la maison, qui semble ne pas souffrir d’une telle addiction. Le réalisateur présente une société cynique et immorale; il entend dénoncer en filigrane la classe dirigeante coréenne: selon lui, comme Berlusconi, le président coréen promet la richesse à ses concitoyens, mais est le seul, avec ses petits copains, à s’en mettre plein les poches...

Daniel Grivel