Elefante blanco

Affiche Elefante blanco
Réalisé par Pablo Trapero
Pays de production Argentine, Espagne, France
Année 2012
Durée
Musique Michael Nyman
Genre Drame
Distributeur inconnu
Acteurs Jérémie Renier, Ricardo Darín, Martina Gusman, Miguel H. Arancibia, Federico Barga
N° cinéfeuilles 659
Bande annonce

Critique

Pas facile de venir en aide à la population vivant au sein du «bidonville de la Vierge» de Buenos Aires, surtout lorsqu’on ne dispose pas de moyens financiers mais que l’on est simplement prêtre. C’est pourtant le défi relevé par deux amis de longue date, Julian l’Argentin et Nicolas le jeune Belge qui a quitté, culpabilisé, la jungle où il était en mission, après l’assassinat de ses ouailles. Nicolas œuvre désormais aux côtés de Julian qui se sert de ses relations pour superviser la construction d’un hôpital. C’est là qu’il rencontre Luciana, assistante sociale, et qu’il découvre la violence endémique locale, la guerre des cartels de la drogue. Espoirs et foi sont mis à rude épreuve, alors quand le ministère ordonne l’arrêt des travaux, tout s’embrase. Où se situe la frontière entre le réalisme de Julian et la naïveté de Nicolas? Le premier n’a-t-il pas désespérément besoin du second? Comment Luciana ne perdra-t-elle pas pied? Où se ressourcer? Comment défendre les «petits» sans se faire manipuler? Quel rôle joue l’Eglise catholique? Comment ne pas se faire emporter par le tragique courant de violence qui traverse sans discontinuer ces quartiers labyrinthes dans lesquels se côtoient le pire et le meilleur?

Trapero soulève bien des questions, mais le fait sans caricaturer. Ses prêtres (magnifiques Ricardo Darin et Jérémie Renier) sont des hommes engagés, déchirés par les problèmes qu’ils rencontrent, troublés par l’inutilité apparente de leur mission et les charges spirituelles, émotionnelles et traumatisantes auxquelles ils doivent faire face.

Serge Molla