25 novembre 1970, le jour où Mishima a choisi son destin

Affiche 25 novembre 1970, le jour où Mishima a choisi son destin
Réalisé par Koji Wakamatsu
Pays de production Japon
Année 2011
Durée
Genre Drame, Biopic
Distributeur inconnu
Acteurs Jennifer Peedom
Age légal 16 ans
N° cinéfeuilles 659

Critique

Délinquant dans sa jeunesse et passé par la case prison, Koji Wakamatsu, 76 ans, est devenu cinéaste pour faire acte de résistance au pouvoir. Il est l’auteur d’une œuvre protéiforme et abondante, plus d’une centaine de films, tant érotiques que politiques et poétiques, une œuvre toujours controversée, en particulier lorsqu’il met à nu les conflits internes de la société japonaise du XXe siècle.

Son regard acéré se porte ici sur les dernières années d’un géant de la littérature, Yukio Mishima (Arata Iura), né en 1925. On suit la dérive d’un homme englouti dans un délire nationaliste pétri des valeurs samouraïs. Mishima veut «sauver» le Japon en revenant à des traditions ancestrales, avec entre autres le projet de rediviniser l’empereur. Il fonde et entraîne une organisation paramilitaire, la Société du Bouclier.

Le 25 novembre 1970, avec quatre membres de sa milice personnelle, il pratique le seppuku, suicide rituel du samouraï, en s’ouvrant le ventre avant d’être décapité par l’un de ses hommes.

Dans ce film lent et long, Koji Wakamatsu ponctue son analyse de l’homme par des images d’archives pour situer le contexte politique. Il soulève les questions essentielles: pourquoi ces hommes se battaient-ils? pourquoi choisir la voie mortifère de l’activisme idéologique et fanatique? pourquoi mourir ainsi? et surtout quel était le véritable ennemi de Mishima?

L’énigme reste entière et invite à lire les chefs-d’œuvre laissés par cet écrivain flamboyant.

Anne-Béatrice Schwab