Crazy, Stupid, Love

Affiche Crazy, Stupid, Love
Réalisé par John Requa, Glenn Ficarra
Pays de production U.S.A.
Année 2011
Durée
Musique Christophe Beck, Nick Urata
Genre Comédie, Romance
Distributeur Warner Bros. France
Acteurs Julianne Moore, Steve Carell, Ryan Gosling, Emma Stone, Analeigh Tipton
Age légal 12 ans
Age suggéré 12 ans
N° cinéfeuilles 642
Bande annonce

Critique

Emily (Julianne Moore) annonce tout de go à son mari Cal (Steve Carell) qu’elle demande le divorce et lui avoue qu’elle l’a trompé avec un collègue de travail (Kevin Bacon). Cal, la quarantaine pantouflarde et raplapla, tombe des nues. Vingt-cinq ans de routine conjugale ne l’ont pas préparé à sa nouvelle vie de célibataire. Il se met à répéter à qui veut l’entendre, dans le bar qu’il se met à fréquenter assidûment, qu’il est cocu. Jacob Palmer (Ryan Gosling), un beau gosse qui fait tomber les filles sans état d’âme, le prend en pitié et décide de le coacher pour qu’il reprenne sa vie sentimentale en main et devienne un pro de la séduction. Voilà notre quadragénaire pas très sexy qui apprend les bons plans pour draguer, sans toutefois réussir à oublier sa femme qu’il aime.

Le divorce de Cal et Emily affecte bien entendu leurs enfants: Robbie, 13 ans, qui observe d’un œil pessimiste la déconfiture parentale, est amoureux de sa baby-sitter de 17 ans, Jessica, laquelle en pince pour Cal, qui pourrait être son père et qu’elle voudrait tant consoler. Jacob le séducteur tombe lui aussi amoureux pour la première fois de la fille aînée de Cal. Chacun s’évertue plus ou moins maladroitement à trouver l’âme-sœur, ce qui nous vaut un délicieux méli-mélo de personnages et de sentiments, et des moments tout en finesse et en drôlerie, chaque personnage apportant sa touche personnelle au thème de l’amour. CRAZY, STUPID, LOVE est le deuxième film du duo formé par John Requa et Glenn Ficarra, qui ont toujours travaillé ensemble, d’abord en tant que scénaristes, puis comme metteurs en scène pour leur première réalisation, I LOVE YOU, PHILLIP MORRIS. Les comédiens sont tous excellents. Le film aurait toutefois gagné à être un peu raccourci.

Note: 13

Nicole Métral