Transformers 3: la face cachée de la Lune

Affiche Transformers 3: la face cachée de la Lune
Réalisé par Michael Bay
Pays de production U.S.A.
Année 2011
Durée
Musique Steve Jablonsky
Genre Science fiction, Action
Distributeur Paramount Pictures France
Acteurs Patrick Dempsey, Tyrese Gibson, Shia LaBeouf, Josh Duhamel, Rosie Huntington-Whiteley
N° cinéfeuilles 641
Bande annonce

Critique

Toujours aussi frénétique, long et répétitif, voici le 3e épisode (voir CF nn. 552 et 595) des affrontements entre deux armées de «transformers», ces robots géants capables de se modifier en un instant en n’importe quel véhicule terrestre ou aérien, en n’importe quel appareil guerrier ou ménager(!) En route donc pour un nouveau conflit entre Autobots et Decepticons, entre le bien et le mal, embarquant dans ce cataclysme universel des humains dont on se demande bien par quel miracle ils peuvent encore survivre.

Michael Bay signe là un nouveau volet de l’histoire des petits robots pliables (et modulables) des années 80. Un blockbuster de science-fiction qui ne démarre pas trop mal: allusion au débarquement de Neil Armstrong en 1969 sur la Lune (il y découvre l’épave d’un immense vaisseau sidéral conçu par les «transformers»), et référence à la Guerre froide entre l’Amérique et l’URSS de l’époque. Mais très vite le rythme s’accélère, l’histoire part dans tous les sens, et le spectateur est assommé par un montage d’images agitées, de plans ultracourts et d’effets spéciaux en rafales. Pas de pause syndicale pour reprendre son souffle.

Copie conforme donc aux deux chapitres précédents, le film fera sans doute un tabac. On retrouve Sam (Shia LaBeouf), le jeune héros courageux, flanqué d’une nouvelle copine, tandis qu’un ou deux strapontins sont offerts à des stars (John Malkovitch, Frances McDormand, John Turturro) chargées de donner un peu de consistance à quelques personnages. On ajoutera que le champ de bataille est cette fois-ci new-yorkais (effondrements de buildings garantis) et que l’apocalypse programmée en 3D (le relief n’apporte rien) se fera dans le feu, les explosions et un bruit constant de ferraille et de tôle froissées.

Tous ces robots viennent - dit-on - du fond de l’univers. Puissent-ils y rester… Car même si les Decepticons sont finalement chassés de la Terre, il ne subsiste pas grand-chose de notre planète après leur passage dévastateur. Adeptes du bon goût et des drames intimistes: s’abstenir.

Note: 5

Antoine Rochat