Je n'ai rien oublié

Affiche Je n'ai rien oublié
Réalisé par Bruno Chiche
Pays de production France
Année 2010
Durée
Musique Klaus Badelt
Genre Drame, Famille
Distributeur Studio 37 / Rezo Films
Acteurs Nathalie Baye, Gérard Depardieu, Niels Arestrup, Alexandra Maria Lara, Yannick Renier
N° cinéfeuilles 633
Bande annonce

Critique

Martin Suter, l’auteur suisse le plus lu au monde, a démarré sa carrière d’écrivain avec un premier roman, Small world, que le réalisateur Bruno Chiche vient d’adapter au cinéma. Pour camper le personnage fragile et désarmant de Conrad Lang, atteint peu à peu par la maladie d’Alzheimer, il a choisi Gérard Depardieu dont la silhouette massive, la démarche pataude et le visage taillé au burin contrastent avec son air candide, rêveur et décalé, et l’acteur habite tout le film. Si le réalisateur a pris quelques libertés pour resserrer l’histoire dans le temps, il est resté très fidèle aux dialogues de Suter en écrivant le scénario du film.

Conrad Lang vit aux crochets de la riche famille Senn. D’abord camarade d’enfance de Thomas Koch (Niels Arestrup), puis gardien de leur maison de vacances à Biarritz, il est utilisé par la riche famille comme homme à tout faire. Conrad accepte tout sans rechigner. Mais lorsque son état de santé se dégrade, lorsqu’il se met à raconter à Simone (Alexandra Maria Lara), la jeune épouse de l’héritier Senn, des souvenirs d’enfance qui ne collent pas tout à fait à l’histoire officielle de la famille, Elvira (Françoise Fabian), la matriarche, se montre étrangement inquiète et dangereuse. Comme si ce vieux fou inoffensif portait en lui les moyens de la détruire.

Entre Simone, qui découvre très vite que son mari la trompe, et Conrad, va naître une amitié étrange, amenant la jeune femme à s’occuper de lui, à l’aider à retrouver la mémoire de son passé lointain, et mystérieux, où elle soupçonne que se trouvent des clés pour améliorer l’état de Conrad. Elle va affronter pour lui une Elvira bien plus dangereuse qu’il n’y paraît et prête à tout pour que son secret resté enfoui ne fasse pas surface.

Par moments, le film se traîne un peu, ce qui rend le suspense moins prenant, mais Gérard Depardieu arrive à susciter une tendresse pour son personnage dont on soupçonne que sa vie a été volée. Par qui et comment? Le dévoilement du secret d’Elvira ne rend pas les choses aussi limpides qu’on pouvait l’espérer, et le spectateur s’y perd un peu, comme le lecteur dans le roman.

En face de Depardieu, l’actrice allemande d’origine roumaine Alexandra Maria Lara, qui est la jeune épouse bafouée, a de grand yeux de biche mais son jeu très statique ne fait pas le poids en face de Depardieu. Dommage.

Note: 12