Mademoiselle Chambon

Affiche Mademoiselle Chambon
Réalisé par Stéphane Brizé
Pays de production France
Année 2009
Durée
Musique Ange Ghinozzi
Genre Comédie dramatique
Distributeur Rezo Films
Acteurs Aure Atika, Vincent Lindon, Sandrine Kiberlain, Jean-Marc Thibault, Arthur Le Houérou
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 600
Bande annonce

Critique

Il s’en est fallu de peu que ce film ne soit un joli travail sur un sujet audacieux, le savoir. Ce peu a manqué. Avec son quatrième long métrage, Stéphane Brizé ajoute un épisode à la série sur l’adultère (PARTIR de Catherine Corsini et LES REGRETS de Cédric Kahn) dont se prévaut le cinéma français ces derniers mois. Même s’il le fait avec beaucoup de tact.

Jean (Vincent Lindon) est maçon. Lui et sa femme (Aure Atika) forment une famille heureuse. Les voilà qui aident leur fils à terminer ses devoirs, cela ne va pas de soi car ils ont oublié depuis longtemps ce qu’est un complément d’objet direct. Toutefois, Jean ne manque pas de sensibilité et lorsqu’il croise l’institutrice (Sandrine Kiberlain), il est touché par cette femme qui possède beaucoup de livres et joue du violon. De son côté, l’institutrice laisse deviner une fêlure, explicitée, plus tard, par un téléphone de sa mère.

A ce point du film, on se réjouit de la complémentarité de ces deux personnages. La simplicité chaleureuse du premier peut apporter beaucoup à la seconde qui donne en échange le bonheur du savoir, par la musique et la lecture. Or, le réalisateur renonce à ce parti, optant pour la facilité du sentiment amoureux. C’est d’autant plus dommage qu’il peint avec beaucoup de justesse le personnage de Jean et la modestie intellectuelle de son milieu.

Geneviève Praplan