Thirst, ceci est mon sang...

Affiche Thirst, ceci est mon sang...
Réalisé par Park Chan-Wook
Pays de production Corée du Sud
Année 2009
Durée
Musique Cho Young-wuk
Genre Drame, Epouvante-horreur, Thriller
Distributeur Le Pacte
Acteurs Song Kang-Ho, Kim Ok-vin, In-hwan Park, Kim Hae-Sook, Shin Ha-Kyun
N° cinéfeuilles 592
Bande annonce

Critique

Par son précédent film, JE SUIS UN CYBORG, Park Chan-wook manifestait déjà son intérêt pour les sujets étranges. Il récidive avec un titre annonçant la couleur... Ça commence en douceur, dans l’ambiance feutrée d’un hôpital dont l’aumônier berce les mourants en jouant de la flûte à bec et ordonne des pénitences insolites (du genre, à une dépressive: 20 ave, une douche et un bain de soleil par jour). Puis cela se corse lorsque Sang(!)-hyun devient cobaye volontaire en vue de tester un vaccin contre le virus Emmanuel (re-!) Contaminé, cliniquement mort, il «ressuscite» grâce à une transfusion sanguine et attire toute une cour espérant des miracles de sa part.

Parmi les incurables, un ami d’enfance, dont la femme attire irrésistiblement le jeune prêtre (le film se veut une adaptation de «Thérèse Raquin»...), lequel prend littéralement son pied avec elle. Cela vire ensuite au Grand-Guignol, avec toute la panoplie vampirique et des bonds à faire pâlir Batman de jalousie... Le plan final montre bien que l’amour passionné unissant le prêtre assoiffé de sang à Tae-joo était de nature à les consumer...

Daniel Grivel