Soudain le vide

Affiche Soudain le vide
Réalisé par Gaspar Noé
Pays de production France, Allemagne, Italie, Canada
Année 2009
Durée
Musique Thomas Bangalter
Genre Drame, Fantastique
Distributeur Wild Bunch Distribution
Acteurs Paz de la Huerta, Nathaniel Brown, Cyril Roy, Olly Alexander, Emily Alyn Lind
N° cinéfeuilles 592
Bande annonce

Critique

En 2002, avec IRREVERSIBLE, Noé avait révulsé une partie du public cannois qui avait quitté le bateau (!) en cours de projection. Il n’a rien perdu de son esprit de provocation en proposant l’histoire d’Oscar et de Linda, un frère et une sœur qui, petits enfants, ont réchappé à un accident de voiture fatal à leurs parents. Depuis, leur pacte et leur dérive les ont menés à Tokyo, où lui, obsédé par ce qui se passera après la mort, passe son temps à se shooter et à faire du commerce de drogues diverses, et elle à se dévêtir (et plus si affinités...) dans une boîte de nuit glauque. La «grande» idée de Noé, c’est de beaucoup tourner en caméra subjective, ce qui nous vaut notamment le mode d’emploi de la cocaïne, les images kaléidoscopiques d’un interminable trip, de longs écrans blancs et un gland vu de l’intérieur d’un vagin... Laissons de côté la mort misérable d’Oscar dans des chiottes immondes ainsi que la bande sonore au côté de la-quelle les Pierre (Boulez et Henry) feraient figure de Clayderman... Le tout est scandé par des vols planés au-dessus de Tokyo. Le vide évoqué par le titre est bien là. Et la promesse clignotée par les néons d’un hôtel louche résume le film: SEX, MONEY, POWER: en trois mots, corps et biens - comme dans un naufrage où le bateau n’en finit pas (2 h 30) de couler.

Note: 2

Daniel Grivel