Dans la brume électrique

Affiche Dans la brume électrique
Réalisé par Bertrand Tavernier
Pays de production France, U.S.A.
Année 2009
Durée
Musique Marco Beltrami
Genre Policier
Distributeur TFM Distribution
Acteurs John Goodman, Peter Sarsgaard, Tommy Lee Jones, Mary Steenburgen, Kelly Macdonald
Age légal 14 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 589
Bande annonce

Critique

Après les frères Coen (Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme), Bertrand Tavernier tourne un autre film policier sur fond de dérive étasunienne: les marécages de la Louisiane et l’ouragan Katrina.

Dave Robicheaux est le personnage central d’une série de romans écrits par James Lee Burke. C’est un homme marqué par sa mobilisation au Vietnam, la violence, l’alcool, une expérience qui a laissé beaucoup de brutalité dans ses impulsions. Il a choisi celui intitulé Dans la brume électrique avec les morts confédérés et pris sa caméra pour aller tourner en Louisiane, là exactement où se situe l’intrigue du livre.

Dave Robicheaux (formidable Tommy Lee Jones) a quitté la brigade criminelle de La Nouvelle-Orléans, pour s’occuper d’un commerce de location de bateaux, à New Iberia. Mais il prête main forte au shérif de sa ville, animé par un sens profond de la morale. D’ailleurs, il est sur les traces d’un sadique qui s’attaque à de jeunes prostituées, lorsqu’il rencontre Elrod Sykes (Peter Sarsgaard), acteur vedette venu en Louisiane pour participer à un tournage. Celui-ci confie à Dave qu’il a trouvé des ossements humains enchaînés, dans le marais. Cet aveu réveille de très anciens souvenirs dans la mémoire de l’ex-policier.

«Dave Robicheaux est un personnage extraordinairement attachant et complexe, hanté par son passé, explique Bertrand Tavernier. C’est un homme qui a de grands principes moraux, mais qui est traversé par des éclats de rage; il est animé par une colère rentrée contre l’injustice et l’ignominie de certains personnages.»

Le film se construit autour de lui, ce Dave qui, quel que soit le risque pris, ne compte pas laisser la mafia poursuivre ses agissements criminels. L’affaire policière tient en haleine, tout en donnant corps à cet homme, à la fois riche et malade de son passé, mais aussi ce Dave Robicheaux de la Louisiane, profondément attaché à son coin de terre qu’il voudrait voir épuré de ses miasmes.

Le racisme par exemple, et cette image d’un Noir en fuite, assassiné par un Blanc, image que Dave lie aux crimes dont il cherche le coupable. Et puis, Tavernier n’hésite pas à actualiser le roman en tournant dans la New Iberia d’aujourd’hui, dont certains quartiers sont restés éventrés par l’ouragan Katrina. La mafia, enfin, présente de longue date dans la région, mais qui s’enrichit en exploitant la pauvreté consécutive aux inondations.

Ce contexte fait naître, chez Dave, des accès de colère difficilement supportables pour le public. Mais ils ne sont pas gratuits, ils signent une conscience trahie par la blessure du Vietnam, la tolérance face à la corruption, l’inanité de la réponse donnée aux inondations de la Louisiane. L’exutoire de Dave est le général Hood, fantôme de la guerre de Sécession. Le vieux soldat est la conscience de cet homme de bonne volonté ou, pour être plus prosaïque, une manière de rendre par l’image les conciliabules intérieurs de Dave.

Tout ce contenu transpire à travers l’intrigue policière, mais pas à ses dépens. Bien mené, tourné dans de superbes lumières, le film infiltre sa dramaturgie dans l’âme profonde du pays, des langueurs du Mississippi aux pourritures symboliques du bayou. Des bons et des méchants qui habitent l’histoire, on retient la volonté de Dave d’en finir une fois pour toutes avec le mal.

Geneviève Praplan

Appréciations

Nom Notes
Geneviève Praplan 18
Georges Blanc 18
Daniel Grivel 18
Serge Molla 16
Antoine Rochat 15
Anne-Béatrice Schwab 18
Maurice Terrail 17