Grand Alibi (Le)

Affiche Grand Alibi (Le)
Réalisé par Pascal Bonitzer
Pays de production France
Année 2007
Durée
Musique Alexeï Aïgui
Genre Thriller
Distributeur UGC
Acteurs Valeria Bruni Tedeschi, Pierre Arditi, Lambert Wilson, Anne Consigny, Miou-Miou
Age légal 10 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 568
Bande annonce

Critique

Dans les grandes lignes, Pascal Bonitzer respecte le roman dont il s’inspire. Il nous prive d’Hercule Poirot, le détective fétiche de la romancière britannique, qu’il remplace par Maurice Bénichou, en policier bourru et victime de perpétuelles migraines. Le drame se déroule en France aujourd’hui.

Une fois de plus, un meurtre est commis dans une belle propriété de campagne durant un week-end. Le sénateur Henri Pages (Pierre Arditi) et son épouse Eliane (Miou-Miou) reçoivent des amis dont les liens sont quelque peu compliqués. Cela fait partie de l’énigme que nous nous gardons de révéler ici et qui trouve sa solution inattendue dans les dernières minutes du film.

A propos de son adaptation, le réalisateur remarque que, dans Le Vallon, Agatha Christie donne de l’importance à l’intrigue sentimentale, au point de se demander ce qui l’intéresse le plus de l’énigme criminelle ou des histoires d’amour. Il y a dans le film un certain déplacement de l’intérêt qui oblige le spectateur à mettre en place le puzzle des relations de ce petit monde, plutôt qu’à découvrir qui est l’assassin.

Originalité ou faiblesse? On peut être un peu déçu par une certaine platitude qui ne laisse percer ni émotion, ni suspense, ni humour (si ce n’est Miou-Miou en nunuche). C’est d’autant plus surprenant que, rarement, on aura vu au générique autant de comédiens de renom et de talent. Parmi eux, on retrouve avec une certaine émotion une Emmanuelle Riva octogénaire qui nous rappelle le film mythique d’Alain Resnais HIROSHIMA MON AMOUR.

LE GRAND ALIBI demeure une œuvre de divertissement sans vulgarité ni violence qui reste dans la banalité des relations humaines décrites sans prétention.

Maurice Terrail