A very British Gangster

Affiche A very British Gangster
Réalisé par Donal MacIntyre
Pays de production Grande-Bretagne
Année 2006
Durée
Genre Documentaire, Policier
Distributeur Alliance Atlantic
Acteurs Dominic Noonan
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 565
Bande annonce (Allociné)

Critique

Donal MacIntyre, né en 1966, est un journaliste irlandais d’investigation qui fait dans la télévision et la publicité engagée. Il a tourné sur des criminels, des hooligans, des établissements pour personnes handicapées.

Son «documentaire» A VERY BRITISH GANGSTER a remporté l’an dernier deux prix au Festival du film policier de Cognac. Documentaire avec guillemets, car si le générique présente le réalisateur comme metteur en scène, c’est en fait son sujet, Dominic Noonan, roi du milieu à Manchester, qui tire les ficelles et le laisse filmer ce qu’il veut bien.

Dominic Noonan, a passé plus des deux tiers de sa vie à l’ombre, pour de nombreux braquages qui doivent lui avoir rapporté quelque cinq millions de livres, et autres délits pas anodins. Avec son frère Desmond, tueur à gages accroché au crack, il tient une partie de la ville en coupe réglée. A l’issue de sa dernière incarcération, il a changé de nom: Lattlay Fottfoy, acronyme d’une maxime paternelle, «Look After Those That Look After You. Fuck Off Those That Fuck Off You» (en traduction édulcorée, «Aie des égards pour ceux qui en ont pour toi, envoie promener ceux qui en font de même avec toi»).

Le chroniqueur plonge - c’est le cas de le dire - dans un univers où règnent d’autres valeurs que les siennes. Le «parrain», endurci et instruit par des années de détention, est rompu aux astuces juridiques; père de famille mais homosexuel car violé à répétition dans son adolescence en internat, il s’entoure de jeunes malfrats illettrés mais sachant compter, aux dents longues, qui ne respectent plus le code d’«honneur» de leurs aînés.

Le sinistre décor urbain de Manchester explique la floraison des hooligans. On se prend de compassion pour les enfants de Noonan et de son frère, qui grandissent dans un environnement pourri. Mais on déplore le manque de recul du réalisateur, qui laisse à la police et à la justice une portion plus que congrue.

Cela dit, et à la lecture récente d’un roman policier anglais, il y a de quoi s’inquiéter: des cités de Grande-Bretagne ou leurs banlieues deviennent des zones de non-droit, totalement décalées par rapport à Londres et à Buckingham Palace.

Daniel Grivel

Appréciations

Nom Notes
Daniel Grivel 12