Hitman

Affiche Hitman
Réalisé par Xavier Gens
Pays de production U.S.A., France
Année 2007
Durée
Musique Geoff Zanelli
Genre Action, Policier, Drame
Distributeur EuropaCorp Distribution
Acteurs Dougray Scott, Timothy Olyphant, Ulrich Thomsen, Olga Kurylenko, Robert Knepper
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 561
Bande annonce

Critique

HITMAN est la version cinéma d’un jeu vidéo où l’on tue dans l’interactivité par joystick interposé. Le jeu est violent; la version ciné ne l’est pas moins: l’Agent 47 (Timothy Olyphant) - nombre tiré des deux derniers chiffres du code-barres tatoué sur sa nuque - est un tueur à gages efficace, aux états d’âme insaisissables et mystérieux. Méthodique et perfectionniste, doué d’une redoutable capacité à s’infiltrer, il ne rate jamais sa cible et disparaît comme un fantôme jusqu’à sa prochaine mission. Pour la première fois, il va être mis en danger par les services secrets russes et les tueurs de sa propre agence lancés à sa poursuite; il doit faire face à des pièges tendus par Interpol.

Le scénario se tient, même si l’histoire reste complexe et plutôt obscure: le réalisateur veut reproduire l’univers du jeu vidéo ainsi que les codes visuels qui caractérisent l’Agent 47. Les personnages sont charismatiques avec au centre l’implacable tueur à gage étonnamment bien rendu. Mais on ne sait pratiquement rien de lui. Le film distille au compte-gouttes et en flash-back quelques bribes de son enfance, mais trop peu pour qu’on comprenne ses motivations, ce qui n’a d’ailleurs aucune importance pour les gamers! L’Agent 47 ne fait que son «travail», sans haine, avec détachement, maniant ses armes comme un artiste. Seule une jeune inconnue lui éveillera quelques sentiments. L’atmosphère est sombre au propre comme au figuré.

Vu le coût du film, on est au moins en qualité papier glacé. Même le sang est clean. HITMAN peut paraître arrogant pour un spectateur ayant pris quelque distance avec ce genre de divertissement.

Ancien membre