Un baiser s'il vous plaît

Affiche Un baiser s'il vous plaît
Réalisé par Emmanuel Mouret
Pays de production France
Année 2007
Durée
Genre Comédie, Romance
Distributeur TFM Distribution
Acteurs Julie Gayet, Virginie Ledoyen, Stefano Accorsi, Michaël Cohen, Emmanuel Mouret
N° cinéfeuilles 560
Bande annonce

Critique

Le titre du film donne le ton. Ici on ne vole pas un baiser, on le demande, et poliment…

Un jour en province, une femme en déplacement, Emilie (Julie Gayet), aborde un homme, Gabriel (Michaël Cohen), pour lui demander un renseignement. Ils sont séduits l’un par l’autre. Mais aucun n’est libre. Pourtant, il aimerait l’embrasser. Elle aussi, mais elle refuse un baiser en justifiant sa dérobade par une histoire arrivée à l’une de ses amies, Julie (Virginie Ledoyen), femme mariée et à son meilleur ami, Nicolas (Emmanuel Mouret). Après une rupture douloureuse, Nicolas fut en manque d’affection physique. Garçon un peu compliqué, il lui fut difficile de s’ouvrir à une nouvelle relation s’il n’y avait pas des sentiments. Il s’adressa en tout bien tout honneur à Julie qui accepta de lui rendre service. Un baiser qui aurait dû être sans conséquence…

Voici un film construit, structuré, une sorte de récit dans le récit, une fable didactique. Un film sur la rencontre, le désir, l’amitié, l’amour, la fidélité. Les personnages parlent, cherchent le mot juste pour exprimer le désir, pour rejoindre l’autre, pour essayer de discerner le désir de l’autre. Aucune intrusion. Tous partagent une noblesse d’âme. Deux couples, deux histoires. L’une tirant leçon de l’autre. Pour Emilie, le souvenir du récit de son amie va l’aider à traverser le désir par loyauté. Tandis que Julie comprendra à ses dépens que rendre «service» à un ami, même par jeu, annihilera sa propre liberté. Le tête-à-tête d’Emilie et de Gabriel est entrecoupé de séquences de l’histoire de Julie et Nicolas. Film pas trop sérieux quand même. Il faut dire que le personnage de Nicolas, sorte de pince-sans-rire maladroit, tire le film du côté de la comédie. Finalement, l’histoire devient drôle, cocasse.

Les décors camaïeux ainsi que les musiques classiques, de Schubert en particulier, apportent judicieusement écho et commentaires à l’action et font oublier quelque longueur…

UN BAISER S’IL VOUS PLAÎT, fable romanesque, est un peu en décalage avec l’air du temps certes, mais étonnamment nous touche et nous captive. On ne veut pas s’en plaindre, bien au contraire.

Ancien membre