Elizabeth, l'âge d'or

Affiche Elizabeth, l'âge d'or
Réalisé par Shekhar Kapur
Pays de production Grande-Bretagne, France
Année 2007
Durée
Musique Craig Armstrong, A.R. Rahman
Genre Drame, Historique
Distributeur universal
Acteurs Cate Blanchett, Geoffrey Rush, Clive Owen, Rhys Ifans, Jordi Mollá
N° cinéfeuilles 560
Bande annonce

Critique

Il y a neuf ans, le réalisateur pakistanais a mis en scène la jeunesse d’Elizabeth (1533-1603) et son accession au trône d’Angleterre, avec dans le rôle, l’inconnue qu’était encore Cate Blanchett. Nous sommes cette fois en 1585. Elizabeth a hérité d’une couronne qui a rompu avec l’Eglise catholique. Elle défend vigoureusement le protestantisme, notamment contre le roi Philippe II d’Espagne qui projette de la renverser et de placer sur le trône anglais Marie Stuart (Samantha Morton), reine d’Ecosse et cousine d’Elizabeth qui la fera périr sur l’échafaud.

Voilà pour une trame historique dont s’embarrasse peu Shekhar Kapur. Il privilégie le spectacle, c’est le point faible du film, et se concentre sur la vie intime de la reine, parti pris plus intéressant. Laissons donc la lourde mise en scène de la guerre, le kitsch de l’image, la musique redondante et la promesse du happy end.

Qui était réellement Elizabeth? On ne le saura jamais. Mais le portrait que brosse d’elle Shekhar Kapur pose des questions intéressantes, avec, cette fois, des choix filmiques plus significatifs. Les prises en plongée, du haut des voûtes gothiques, montrent une reine bien misérable face à l’énorme enjeu de ses décisions. Ce constat domine de justesse la romance avouée entre Madame et le bel aventurier Raleigh (Clive Owen). Elizabeth est une femme, en tant que telle, elle rêve d’amour et de maternité. Mais Elizabeth est d’abord une reine. Et Cate Blanchett rappelle «souverainement» qu’à ce titre, elle ne peut se permettre d’être un être humain.

Geneviève Praplan

Appréciations

Nom Notes
Geneviève Praplan 12
Georges Blanc 13
Daniel Grivel 15
Anne-Béatrice Schwab 14