Délice Paloma

Affiche Délice Paloma
Réalisé par Nadir Moknèche
Pays de production France
Année 2007
Durée
Musique Pierre Bastaroli
Genre Comédie dramatique
Distributeur jmhdistributions
Acteurs Biyouna, Nadia Kaci, Aylin Prandi, Daniel Lundh, Fadila Ouabdesselam
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 556
Bande annonce

Critique

Une Algérienne d’une cinquantaine d’années - ce n’est pas n’importe qui, on le voit tout de suite - vient de purger trois ans de détention. Deux femmes l’attendent à sa sortie de prison et lui décochent en pleine figure plusieurs vérités pour le moins désobligeantes. Avant de l’abandonner sur le trottoir, vite fait, bien fait.

L’originalité de Délice Paloma à tenir dans l’opposition entre une narration en flash-back (de tout ce qui précède l’incarcération) et la vie qui recommence aujourd’hui pour l’héroïne. Repassant avec une certaine mélancolie par les lieux où s’est déroulée son existence tumultueuse, Madame Aldjéria - elle se fait appeler ainsi - se remémore sa vie passée tourbillonnante, frivole et en marge des règles et des lois.

La cinéaste Nadir Moknèche parle à nouveau d’Alger (après Viva Laldjerie, 2004), peignant les rêves et les cauchemars de son pays. Elle le fait à travers le portrait d’une petite mafieuse dénuée de tout scrupule et qui a les bras longs. Grande bourgeoise, Madame Aldjéria a un passé de prostituée, d’entremetteuse, de maître(sse) chanteuse. Elle a trafiqué dans un monde où l’on croise des personnages hauts en couleur, ambigus, versatiles et corruptibles. Se faisant appeler «bienfaitrice nationale», Madame Aldjéria n’a reculé devant aucune combine pour survivre et pour gagner du fric, allant jusqu’à caresser le projet de profiter de la privatisation des biens nationaux de l’Algérie pour acheter à bas prix, sur les hauteurs d’Alger, les Thermes de Caracalla, Trop c’est trop. Le retour du balancier ne se fera pas attendre.

Le côté pile de Délice Paloma, c’est ce personnage plein de vie, ce sont plusieurs portraits intéressants, une bonne description de la ville d’Alger et de ses activités (les réalités économiques d’aujourd’hui?), c’est aussi une tentative de faire coexister dans cette histoire le rire et l’émotion. Côté face en revanche, c’est une intrigue compliquée sinon confuse, des transitions temporelles pas toujours très heureuses, des dialogues un peu attendus, des scènes surjouées, des séquences (dans les night-clubs) complaisantes et longuettes…

Portrait d’une femme qui a voulu conquérir, par tous les moyens, son indépendance, Délice Paloma se veut description drôle et cynique à la fois. Porté par Biyouna, une star de la culture populaire algérienne, cette comédie s’adresse à un large public. D’où une certaine retenue dans le propos, même si l’on sent, de-ci de-là, quelques coups de patte adressés à l’ordre social établi.

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 11
Georges Blanc 14