Hannibal Lecter: les origines du mal

Affiche Hannibal Lecter: les origines du mal
Réalisé par Peter Webber
Pays de production République tchèque, Italie, Grande-Bretagne, France
Année 2007
Durée
Genre Thriller
Distributeur Quinta Distribution
Acteurs Dominic West, Gong Li, Gaspard Ulliel, Rhys Ifans, Kevin McKidd
Age légal 16 ans
Age suggéré 18 ans
N° cinéfeuilles 540
Bande annonce

Critique

"HANNIBAL LECTER: LES ORIGINES DU MAL est adapté du récent roman Hannibal Rising de Thomas Harris. C'est le 5e long métrage tiré des romans de cet auteur mettant en scène le célèbre tueur en série Hannibal Lecter (LE SIXIEME SENS; LE SILENCE DES AGNEAUX; DRAGON ROUGE...) Cette fois, le film se penche sur l'enfance et la jeunesse de celui qui va devenir un savant fou monstrueux.

Huit ans après l'invasion de la Lituanie par les Russes, qui a entraîné la mort affreuse de sa sœur, on retrouve l'adolescent Hannibal dans la demeure familiale reconvertie en orphelinat soviétique. Son sommeil est troublé par des cauchemars violents. Il s'évade et rejoint en France une tante, Lady Murasaki, veuve japonaise cultivée. Le jeune homme s'initie à l'art et à la culture des samouraïs. Doté d'une grande intelligence, il étudie la médecine à Paris. Mais surtout, il recherche les assassins de sa sœur, et va mettre à exécution son plan de vengeance, aussi bien que l'araignée au milieu de sa toile.

Ce terrible événement de son enfance sera l'élément déclencheur de la folie meurtrière qui fera du gentil petit garçon un adulte psychopathe dangereux. Peter Webber (LA JEUNE FILLE A LA PERLE) décrit l'évolution du personnage dans un crescendo dramatique. L'ellipse, le flash-back ainsi que le ton bleu acier tranché de lames de lumière créent tension et suspens. Le rythme est soutenu, intense, porté par une musique discrète mais diablement efficace. On est dans un climat de vengeance ""œil pour œil, dent pour dent"".

De la même manière, le réalisateur montre ""tout"", mais sans s'appesantir. Oui, Hannibal a survécu à la guerre mais à quel prix? A cause de l'horreur que les yeux d'enfant ont enregistrée, à cause du traumatisme qui l'a disloqué, à cause de ses propres victimes qui sont des êtres vils, on serait tenté de lui trouver des circonstances atténuantes. Oh, un instant! Mais le réalisateur ne nous piège pas. Hannibal est aussi victime certes, mais dès la moitié du film, il ""est"" ce psychopathe que les blessures inguérissables rendent venimeux. Lady Murasaki tente de le retenir avant le dernier meurtre, au point même de lui offrir son amour pour le guérir de la vengeance. En vain. ""Que reste-t-il en toi à aimer?"" dira-t-elle avant de le quitter.

L'affiche officielle montre un visage avec un masque terrifiant. Ce masque dit la réalité du personnage, en négatif, tandis que le beau visage de cet homme raffiné est en fait un masque... On est bien dans un film d'horreur, le genre est respecté, les personnes sensibles sont averties!"

Ancien membre