Vent se lève (Le)

Affiche Vent se lève (Le)
Réalisé par Ken Loach
Pays de production Grande-Bretagne, Italie, Irlande, Espagne, Allemagne
Année 2006
Durée
Musique George Fenton
Genre Drame, Historique, Guerre
Distributeur Diaphana Films
Acteurs Cillian Murphy, Padraic Delaney, Liam Cunningham, Orla Fitzgerald, Mary O'Riordan
Age légal 14 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 526
Bande annonce

Critique

"1920. Dans un paysage idyllique de la verte Erin, de jeunes campagnards irlandais disputent âprement mais fraternellement un match de hockey sur terre; le sport dévoile les caractères en présence. L'impression paisible ne tarde pas à s'évanouir: des Black and Tans, soldats anglais chargés de réprimer toute velléité d'indépendance, investissent brutalement une modeste ferme et abattent un jeune homme avec sauvagerie.

Damien, qui devait partir pour Londres comme médecin, reste au pays et rejoint son frère Teddy ainsi que d'autres insurgés qui organisent la résistance, sortes de camisards catholiques. L'Irlande, pressurée par les propriétaires terriens, anglais pour la plupart, et encore affaiblie par la grande famine du XIXe siècle, aspire à l'indépendance.

Comme à son habitude, Ken Loach met du souffle et du cœur dans son récit qui, au-delà de la haine contre l'Anglais, montre comment des compagnons d'infortune peuvent en venir à se déchirer. Dommage que la partie médiane de cette œuvre forte soit plombée par un long passage verbeux et didactique destiné à rafraîchir les connaissances historiques du spectateur ou à les lui inculquer. Ken Loach se défend d'avoir fait un film pro-IRA; on peut toutefois se demander s'il est judicieux de souffler encore sur des braises mal éteintes.



Daniel Grivel





La tragédie de l'Irlande couvre une très longue période. Tout commence au XIIe siècle, par l'invasion des Anglais. Dès lors, un système de type féodal écrase les autochtones qui s'installent dans la misère. Mais peu à peu va se forger le désir de liberté. Les premiers mouvements pour l'indépendance apparaissent après la Révolution française et, dès lors, ne vont cesser de s'affirmer. Un soulèvement échoue en 1916. La répression qui s'ensuit est terrible. Elle stimule la révolte et, en 1920, des paysans et des étudiants décident de former une armée de volontaires. Ce sont les débuts de l'IRA, l'armée républicaine irlandaise. C'est aussi le début du film de Ken Loach.

""La lutte pour l'indépendance d'un pays est devenue un thème récurrent du cinéma, rappelle le réalisateur. C'est toujours le bon moment pour en parler, car il y a toujours des armées d'occupation quelque part, auxquelles des gens résistent. Et je n'ai pas besoin de préciser dans quel endroit la Grande-Bretagne a actuellement, et illégalement, une armée d'occupation.""

Dans LE VENT SE LEVE, Ken Loach reste fidèle à ses convictions de cinéaste engagé. Il prolonge ici son LAND AND FREEDOM avec une grande perfection technique, un souci de la reconstitution qui ne cède jamais à l'emphase, des images sobres, magnifiques. On le reconnaît à travers son attachement à montrer les humbles, confrontés au désir de pouvoir être eux-mêmes, à leur volonté de vivre.

Mais le réalisateur va bien au-delà de la simple description des drames infligés par l'occupant. Dans cette communauté qui s'éveille à l'indépendance, les doutes deviennent des déchirures, des points de vue s'affrontent, celui qui est sceptique serait-il un traître? Alors s'impose ce questionnement propre à tout conflit: combien pèse la vie d'un homme? Faut-il la jauger à la parole donnée ou aux circonstances qui l'on conduit à ne pas la respecter? L'héroïsme est-il le frère de l'absolu ou celui de la compréhension? Film ample, au lyrisme puissant, LE VENT SE LEVE parle aussi du grand jeu de la guerre, dans ce qu'elle a de plus tortueux.



Geneviève Praplan"

Ancien membre