Raison du plus faible (La)

Affiche Raison du plus faible (La)
Réalisé par Lucas Belvaux
Pays de production Belgique, France
Année 2006
Durée
Musique Riccardo Del Fra
Genre Thriller, Drame
Distributeur Diaphana Films
Acteurs Eric Caravaca, Natacha Régnier, Lucas Belvaux, Patrick Descamps, Claude Semal
N° cinéfeuilles 526
Bande annonce

Critique

"La trilogie de 2001 (UN COUPLE EPATANT, CAVALE, APRES LA VIE) a malheureusement fait une carrière un peu à la sauvette. Espérons que LA RAISON DU PLUS FAIBLE triomphera... car elle le mérite à plus d'un titre.

Belvaux brosse avec bonheur la zone industrielle et un quartier ouvrier de Liège, dans lesquels il fait évoluer quatre hommes, une femme et un enfant, regardés avec amour et tendresse.

Il y a Patrick, chômeur aux trois licences, qui bichonne son petit bout de jardin tandis que Carole, sa femme, s'épuise à travailler dans une usine de traitement du linge; leur fils Marc, délicieux gamin bien élevé, fait tout ce qu'il peut pour répondre aux attentes de ses parents. Il y a Robert, jeune retraité d'une grosse entreprise métallurgique; son ami et voisin d'immeuble Jean-Pierre, condamné au fauteuil roulant; Marc, détenu libéré et ouvrier dans une brasserie. Leurs parties de cartes quotidiennes sont bouleversées par un événement mineur en apparence: la mobylette de Carole a rendu l'âme, ce qui implique de se lever une heure plus tôt pour aller au travail. On se cotise dans l'espoir - déçu - de gagner au Loto. Un plan un peu fou germe dans l'esprit des copains.

L'histoire, bien racontée, n'a ni bons ni méchants, seulement des bons et des faibles, et on sent vers qui, avec pudeur, se porte le cœur de Belvaux, qui trace là un beau portrait d'hommes de bonne volonté. Pour lui, la raison du plus faible, ""c'est la raison de se redresser, de se mettre debout, de dire qu'on existe, de crier"".



Daniel Grivel





Jusqu'où le dépit et l'humiliation peuvent-ils pousser des hommes honnêtes? Lucas Belvaux choisit une réponse extrême. Pourtant, on veut croire à son histoire parce que, prenant le parti du réalisme, il met en jeu un sens de l'observation aiguisé et une réelle compréhension des situations décrites. On se retrouve donc au cœur du cinéma social qu'affectionne Ken Loach. Et c'est à Ken Loach et son RAINING STONES qu'on pense en découvrant le nœud du scénario écrit par Lucas Belvaux.

Dans ce quartier industriel de Liège, il n'y a pas de travail pour les hommes mûrs, les handicapés ou les universitaires. Multidiplômé, Patrick (Eric Caravaca) est père au foyer, sa femme (Natacha Régnier) assure le salaire familial. Lorsque son vélomoteur casse, il lui faut se lever une heure plus tôt pour aller travailler. Jean-Pierre (Patrick Descamps), Robert (Claude Semal) et Marc (Lucas Belvaux), copains d'infortune, veulent aider le couple. De l'argent, il y en a beaucoup, et juste sous leurs yeux...

LA RAISON DU PLUS FAIBLE se situe à ce point de la précarité où toutes les ressources sont utilisées pour garder la tête hors de l'eau. Le seul filet est l'amitié, l'humanité, qualités disparues de trop de milieux économiques. Mais Lucas Belvaux les voit s'éroder aussi chez les pauvres. ""Je crains que l'on aille vers l'acceptation d'une société où les plus fragiles seront obligés de se débrouiller eux-mêmes"", dit-il. Son film est là pour rappeler ce risque.



Geneviève Praplan"

Ancien membre