Peindre ou faire l'amour

Affiche Peindre ou faire l'amour
Réalisé par Arnaud, Jean-Marie Larrieu
Pays de production France
Année 2004
Durée
Musique Philippe Katerine
Genre Comédie
Distributeur Pyramide Distribution
Acteurs Daniel Auteuil, Amira Casar, Sabine Azéma, Sergi López, Philippe Katerine
N° cinéfeuilles 504
Bande annonce

Critique

"William et Madeleine, mariés depuis longtemps, fidèles et amoureux, ont une vie bien rangée. Leur fille unique partant étudier à Rome, ils n'ont plus qu'à s'occuper d'eux-mêmes. Ils ont le coup de foudre pour une vieille bâtisse, sur les collines dominant Grenoble, et décident de s'y installer. C'est là qu'ils font la connaissance de leurs voisins, un couple particulier qui va être le catalyseur de comportements qui n'étaient pas prévus dans l'organigramme bien ordonné de William et Madeleine.

Voilà le genre de film qui va séduire le grand public. Tout à fait dans l'air du temps, interprétés par des acteurs que l'on aime bien, Daniel Auteuil, Sabine Azéma, Sergi Lopez, superbement filmée dans une région idyllique, cette œuvre qui parle de peinture et d'amour pourrait s'intituler ""Partie de campagne"", tant elle fait penser aux toiles des impressionnistes. Mais que l'on ne s'y trompe pas. Sous des apparences lisses et harmonieuses qui nous séduisent sans conteste, ce film porte le germe d'une philosophie et d'une manière de vivre le moment présent et de concevoir le bonheur qui ne peuvent qu'engendrer la désillusion. Ce n'est pas sans raison que les deux personnages formant l'autre couple ont pour noms Adam et Eva, laissant déjà supposer que le ver est dans la pomme.



Georges Blanc





et

Inside Deep Throat

De Fenton Bailey et Randy Barbato

USA, 2005. Avec Harry Reems, Gerard Damiano. Documentaire. Durée: 1 h 30. Dist.: Filmcoopi. Age légal: 16 ans. Age suggéré: 16 ans.



Attention, terrain miné... Deux films sortis ce mois sur nos écrans, au-delà d'une fiction romanesque et d'un documentaire, nous posent d'importantes questions sur la sexualité dans une approche éthique et sociologique.

PEINDRE OU FAIRE L'AMOUR, en compétition à Cannes, a fait l'objet d'une critique dans notre n. 504/5 p. 40. Il raconte l'histoire d'un couple bien uni qui accueille des voisins, victimes d'un incendie. Cette cohabitation va dériver petit à petit vers une relation amoureuse croisée et superficielle. Cet échangisme pourrait n'être qu'un incident de parcours si un troisième couple ne survenait pas, comme par hasard, avec des intentions bien précises.

INSIDE DEEP THROAT est un documentaire qui relate l'histoire de GORGE PROFONDE, ce film pornographique qui déferla la chronique en 1972 et qui fut un triomphe commercial. Pour la première fois, un film classé X sortait des salles clandestines pour être projeté dans les cinémas traditionnels. Devant cette déferlante, les défenseurs des bonnes mœurs et les mouvements féministes ne parvinrent pas à interdire cette production qui se réclamait de la liberté d'expression et du droit de la femme à disposer de son corps.

Nous n'allons pas ouvrir ce débat aussi délicat que difficile. Mais nous aimerions faire deux remarques.

Ces deux films, bien que totalement différents, abordent des problèmes éthiques dans le sens de la mode et de l'ouverture. Il n'y a pas la moindre réflexion critique. Les couples de PEINDRE OU FAIRE L'AMOUR semblent épanouis. Bien plus, chacun d'eux paraît soudé davantage après cette expérience. Il y a là une mise en question sournoise du couple et de l'amour qui implique une rupture entre les sentiments et les relations physiques. Ce film lisse, tourné non sans talent, dans les splendides paysages du Vercors, avec des acteurs populaires, met en scène des personnages sans problème qui nous sont sympathiques, d'autant qu'ils sont tous amateurs d'art et amoureux de la nature. Adam et Eve - les prénoms d'un des couples - annoncent-ils un nouveau paradis terrestre?

Le documentaire américain, lui aussi, s'inscrit dans un courant de liberté sans aucune réserve. Les attardés qui tentèrent de lutter contre cette invasion du film X sont traités avec mépris. Les producteurs en vrais héros. Certes, ce type de production ne connaît plus le même engouement. Aujourd'hui il s'est installé dans des salles spécialisées. Mais ce sont les cassettes vidéo qui ont pris la relève. INSIDE DEEP THROAT décrit un phénomène de société qui mériterait une autre approche et une analyse approfondie.

Mais qu'il s'agisse de PEINDRE OU FAIRE L'AMOUR ou de INSIDE DEEP THROAT que le hasard de la distribution fait se rejoindre sur nos écrans, il faut en tout cas savoir que c'est un terrain miné où il faut marcher avec beaucoup de précaution. Surtout lorsque, comme le signataire de ses lignes, on se sent dépassé par ce laxisme envahissant dont il faudra peut-être un jour payer le prix.



Maurice Terrail"

Ancien membre