Braquage à l'italienne

Affiche Braquage à l'italienne
Réalisé par F. Gary Gray
Pays de production U.S.A., Grande-Bretagne, France
Année 2003
Durée
Musique John Powell
Genre Action, Thriller
Distributeur United International Pictures (UIP)
Acteurs Charlize Theron, Mark Wahlberg, Edward Norton, Jason Statham, Aaron Speiser
Age légal 10 ans
Age suggéré 10 ans
N° cinéfeuilles 465
Bande annonce

Critique

THE ITALIAN JOB n'a rien de très spécifiquement italien. Une fois leur coup réussi - embarquer 35 millions de dollars en lingots d'or volés dans une villa vénitienne - et une fois terminée une course-poursuite en hors-bord dans les canaux de la ville, les cambrioleurs quittent définitivement l'Italie pour Philadelphie et Los Angeles. Et l'on se retrouve embarqué dans une aventure policière tout ce qu'il y a de plus banale évoluant sur des sentiers (re)battus.

Thriller reposant sur une bonne distribution, BRAQUAGE à L'ITALIENNE porte assez mal son nom. De véritable braquage, il n'y en a pas. Tout au plus la mise en évidence de quelques techniques de vol sophistiquées. Et malgré deux ou trois bonnes séquences, le film n'échappe pas aux poncifs du genre: on retrouve la toute puissance de l'informatique, du fric, les inévitables poursuites en voiture - avec en prime un duel, dans un hangar, entre une Mini Cooper et un hélicoptère. Le suspense idoine, les rebondissements prévisibles, tout y est. Mais l'intrigue n'a plus guère d'intérêt dès l'instant où l'on a compris qu'elle n'échappera pas à un dénouement conventionnel (le traître paiera l'addition, bien sûr). Si le film - moins violent que d'autres et sans trop d'effets spéciaux, sachons-en gré aux producteurs - est parfois teinté d'humour, et si les protagonistes font même de grands efforts pour se donner des visages plutôt sympathiques, BRAQUAGE A L'ITALIENNE ne parvient pourtant pas à dépasser le niveau d'un banal règlement de comptes entre truands. Et encore faut-il passer par-dessus bien des invraisemblances...

Antoine Rochat