Pinocchio

Affiche Pinocchio
Réalisé par Roberto Benigni
Pays de production Italie
Année 2002
Durée
Musique Nicola Piovani
Genre Fantastique, Aventure, Comédie dramatique
Acteurs Roberto Benigni, Nicoletta Braschi, Carlo Giuffrè, Mino Bellei, Kim Rossi Stuart
N° cinéfeuilles 456
Bande annonce

Critique

Une affaire de famille, serait-on tenté de dire en décortiquant le générique du film: Roberto Benigni devant et derrière la caméra, sa femme Nicoletta Braschi à la production et devant la caméra, son beau-frère (supposition...) Gianluigi Braschi à la production. Une grosse affaire, ajoutera-t-on: pour le tournage, l'ancienne usine chimique de Papigno, près de Terni, qui avait servi de décor à plusieurs scènes de LA VIE EST BELLE, a été transformée en studios pratiques et spacieux, aussi commodes que les légendaires plateaux américains et représentant un apport économique bienvenu pour la région.


Chacun connaît le conte que Carlo Collodi a publié en 1880 dans le Giornale dei Bambini et qui a connu moult versions cinématographiques. Il est gravé dans l'inconscient collectif des Italiens. On comprend que Benigni se soit intéressé à Pinocchio, car l'aspect primesautier et naïf du personnage lui correspond bien. L'acteur s'y investit à fond, au point d'en être lassant, tant il n'arrête pas de remuer, de bondir, de grimacer, de rouler des yeux et de jacasser. Sa femme est une bien belle fée, qui tire discrètement les ficelles du pantin.


L'adaptation du conte est fidèle, presque trop littérale. On retrouve tous les personnages, tous les éléments, tous les ingrédients; tout est très soigné, les décors kitsch à souhait, les costumes pleins de fantaisie, les effets spéciaux réussis; mais le minestrone est trop épais et reste fade: il y manque le sel de la magie et de la légèreté. Et si l'on se prend à s'ennuyer, ce n'est pas parce que nous connaissons l'histoire. Benigni s'est sans doute fait plaisir, mais fait un peu de peine au spectateur.

Daniel Grivel

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 15