Profil

L'édito de Adèle Morerod - Histoires à hauteur d’humains

Le 31 octobre 2018

Difficile de ne pas être frappée par la sortie consécutive de deux films qui se déroule aux confins du monde connu: d’un côté, l’espace et son immensité dans First Man - Le premier homme sur la Lune, de l’autre, l’océan et ses profondeurs dans Kursk. Plus frappante encore est la volonté de ces œuvres d’ignorer ces lieux fabuleux pour se recentrer sur les individus qui les parcourent, non pas afin de les ériger en héros conquérants mais d’explorer leurs trajectoires plus intimes. Un mouvement inverse semble animer le documentaire Libre, sur la figure de l’agriculteur humaniste Cédric Herrou, ou le biopic Blaze, retraçant la vie d’un chanteur de country, films qui prennent ouvertement pour objet des personnalités discrètes, voire oubliées. En les distinguant soudain, le cinéma leur confère une forme d’aura (anti-)héroïque, d’exemplarité. Le but, toutefois, reste le même: mettre l’humain au centre.

Et face à ces figures, le reste du monde, que ce soit une société que l’on cherche à fuir dans Leave No Trace, un système étatique figé par ses propres règles dans Kursk, encore lui, ou les parvenus clinquants qui cherchent à évoluer autour de Toni Servillo/Berlusconi dans Silvio et les autres. La confrontation entre les deux est toujours créatrice de chocs, qui laissent parfois en arrière ceux qui ne parviennent pas à s’intégrer. Pourtant, les films mentionnés ici sont loin de prôner l’uniformisation mais posent plutôt la question de la place qu’il s’agit de dessiner pour soi, avec les autres, au sein de cadres qui semblent toujours se redéfinir sans nous.

Une question que l’on pourrait étendre, dans un geste un peu fou, à l’existence – pas toujours évidente en les temps qui sont les nôtres - d’une revue de cinéma comme Ciné-Feuilles. Elle atteint néanmoins aujourd’hui son 800e numéro; l’occasion de vous remercier, lecteurs, lectrices, anciens comme nouveaux, pour votre fidélité. Preuve supplémentaire, s’il en est, que l’on ne se construit jamais tout seul.