5641
critiques de films depuis 1999

Gabriel et la montagne

Bookmark and Share
Affiche
Réalisé parFellipe Barbosa
Titre originalGabriel and the Mountain
Pays de productionBrésil, France
Année2017
Durée02:11
GenreAventure, Drame
DistributeurTrigon-Film
ActeursJoão Pedro Zappa, Caroline Abras, Alex Alembe, Lenny Siampala, John Goodluck
Age légal14 ans
Age suggéré14 ans
N° Ciné-Feuilles774
Critique

Cet homme, que deux paysans africains découvrent mort au pied d’un rocher, c’est Gabriel (João Pedro Zappa), un Brésilien en voyage depuis près d’une année à travers l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Que lui est-il arrivé? Fellipe Barbosa retrace une aventure heureuse qui s’est conclue par un malheur. «Il était mon ami. Il a disparu en 2009. Son histoire est connue au Brésil, son optimisme, son sourire sur toutes les photos retrouvées de lui ont touché les gens.»

Gabriel avait pris une année sabbatique avant d’entrer dans une université californienne où il devait poursuivre ses études d’économie. Il espérait approfondir ses recherches dans le continent noir où il a voyagé «comme j’ai toujours rêvé, pas de manière touristique». C’est à la fois ce style de voyage et un portrait de son ami que réussit le réalisateur brésilien, mettant discrètement ses pas dans ceux de Gabriel, s’arrêtant avec ceux qui l’ont connu.

Lorsqu’il commence, sur le ton du documentaire, le film semble prendre un tour ennuyeux. Mais il évolue vite. Il révèle alors les richesses du continent noir autant que celle d’un personnage maladroit, spontané, irritant, chaleureux et, tout compte fait, de plus en plus attachant.

Kenya, Tanzanie, Zambie, Malawi… Les images doivent beaucoup à la foule colorée et à des paysages éblouissants. Ce sont des images justes et vraies, des images que n’ont pas dénaturées les brochures touristiques. Suivant le même chemin que son ami, le réalisateur évite comme lui tout exotisme. Il reconstitue l’histoire, c’est le côté fiction, et la valide par les témoignages des Africains avec qui Gabriel s’est lié d’amitié, c’est le côté documentaire.

Toutefois, dans ce contexte de voyage idéal apparaissent aussi les failles de ce désir occidental un peu fou: s’immerger dans les populations locales. L’arrogance de cette prétention est au moins aussi grande que son illusion. Marcher dans des sandales Massaï ne fait pas le guerrier et ce n’est pas parce qu’on se fait héberger par les indigènes qu’on a compris leur façon de vivre.

L’attitude de Gabriel envers ses guides est typique de cette candeur… Malgré son expérience, il ne comprend ni le pays, ni les hommes. Ce sera son drame. Et c’est aussi le principal enseignement de ce film. A l’heure où tout le monde déplace sa bulle partout et n’importe quand, comment retrouver l’humilité du vrai voyage, le respect des populations et celui de la nature?

Geneviève Praplan

Appréciations
NomNotes
Geneviève Praplan 15
Photos et bande annonce

Synopsis
Avant d'intégrer une prestigieuse université américaine, Gabriel Buchmann décide de partir un an faire le tour du monde. Après dix mois de voyage et d'immersion au cœur de nombreux pays, son idéalisme en bandoulière, il rejoint le Kenya, bien décidé à découvrir le continent africain. Jusqu'à gravir le Mont Mulanje au Malawi, sa dernière destination.
© 2017 Ciné-Feuilles - Editeur : Médias-pro