5768
critiques de films depuis 1999

Sont-ils sortis ? Sortiront-ils ?

12 février 2016


Plusieurs films de valeur, primés en 2015 dans différents festivals européens, n’ont pas encore trouvé le chemin de nos écrans. Combien d’entre eux sont ainsi restés en rade ? Coup d’œil rapide sur les palmarès officiels de quatre festivals importants de l’an dernier : Cannes, Berlin, Venise et Locarno.

Dheepan2Cannes d’abord. Le fort impact médiatique de cet événement explique que l’on ait déjà pu voir en Suisse romande six des huit films du Palmarès officiel : la Palme d’or, Dheepan (J. Audiard); le Grand Prix, Le Fils de Saul (L. Nemes, Hongrie); les Prix d’interprétation masculine et féminine, La Loi du marché et Mon Roi, ainsi que Carol, qui est sorti récemment. Quant au Prix FilsSaul2du Jury, The Lobster (Y. Lanthimos), parabole originale sur notre monde, on peut le découvrir ces jours-ci (voir page XX). Restent encore cachés le Prix de la mise en scène, Nie Yinniang, de Hou Hsiao-Hsien, et le Prix du scénario, Chronic, de Michel Franco.

Du Festival de Berlin trois arrivées pour l’instant: l’Ours d’or, Taxi Téhéran (J. Panahi, Iran); l’Ours d’argent du meilleur scénario, Le Bouton de nacre (P. Guzman, Chili); et 45 Years (A. Haigh), Prix d’interprétation masculine et féminine, tout récemment sorti sur nos écrans. El Club, de Pablo Larrain (Prix du Jury), est annoncé pour bientôt.

Et de Venise ? Pas trace du Lion d’or (De loin, de L. Vigas, Vénézuela), ni du Prix d’interprétation féminine (Per Amor Vostro, de Giuseppe Gaudino). En revanche BoutonNacre1Anomalisa (film d’animation de Ch. Kaufman et D. Johnson), Grand Prix du Jury, a été vu. Et l’on peut aussi découvrir ces jours-ci le Lion d’argent pour le Meilleur réalisateur, El Clan, de Pablo Trapero (voir p. XX). De Venise toujours on a déjà pu admirer, il y a quelques mois, le très beau film de Christian Vincent, L’Hermine, Prix d’interprétation masculine pour Fabrice Lucchini et Prix du Meilleur Scénario.

Et le Festival de Locarno? Rien à l’horizon… Mais où donc se cache Right Now, Wrong Then, (Hong Sangsoo, Corée du Sud), qui a reçu le Léopard d’or et le Léopard de la meilleure interprétation masculine? Ou Tikkun (A. Sivan, Israël), Prix spécial du Jury et Mention spéciale pour la photographie? Deux films dont la critique n’a pourtant dit que du bien!

Si pour Cannes (surtout), Berlin et Venise plusieurs films primés sont parvenus sur nos écrans, pour Locarno en revanche – et c’est souvent le cas - on reste sur sa faim. De manière générale les grandes maisons de distribution ne se pressent pas au portillon: seules Pathé et Universal ont pris le risque de programmer un des douze films mentionnés ci-dessus. Elles savent que, mis à part quelques blockbusters bien calibrés et formatés, le 7e art peine à mobiliser un public très large. De leur côté les propriétaires de salles n’ont pas toujours le moral au zénith: les nouveaux réseaux de distribution parallèle constituent pour eux une concurrence réelle. La quantité est peut-être là, mais l’intérêt manifesté par le spectateur-payeur ne suit plus.

On se réjouira d’autant plus que d’autres maisons de distribution - plus modestes - aient mieux fait leur travail et pris quelques risques: Filmcoopi, par exemple, en a distribué cinq, et en ajoutant ceux programmés par Trigon-film, Xenix, Agora, JMH et Frenetic on arrive à une bonne douzaine: qu’elles en soient toutes remerciées!

Antoine Rochat

© 2018 Ciné-Feuilles - Editeur : Médias-pro