5768
critiques de films depuis 1999

Anne Cuneo (6 septembre 1936 – 11 février 2015)

27 février 2015


Fille de parents italiens, Anne Cuneo avait subi moult avanies. Privée de son papa Alberto, exécuté à Milan par des «résistants» qui l’avaient pris par erreur pour un «collabo», le 8 mai 1945, le dernier jour de la guerre, abandonnée par sa maman Lydia, elle avait fréquenté des internats religieux dans son pays d’origine, puis un orphelinat lausannois.

Plus tard, le destin la frappa toujours aussi durement: le décès d’un bébé et le cancer. Avec Une cuillerée de bleu. Chronique d’une ablation (1979), elle signa un best-seller évoquant la terrible maladie.

CuneoAnneElle exerça divers jobs temporaires pour financer ses études, avant de s’orienter vers le journalisme, la littérature et le cinéma. À partir de 1973, elle avait travaillé pour la Télévision suisse romande et le Schweizer Fernsehen. L’admiratrice d’André Breton, d’Alexandre Dumas, de William Shakespeare nous lègue trente-deux ouvrages. Elle avait obtenu plusieurs distinctions pour ses talents de plume, dont le Prix Schiller, en 1979, pour l’ensemble de ses écrits.

En sus de maints reportages et sujets pour la télévision, elle réalisa dix-sept documentaires.

La messagère et passagère entre les cultures avait bâti des ponts entre les régions linguistiques suisses, qu’elle adulait avec la même flamme. Elle s’est éteinte, percluse de métastases, au Centre hospitalier universitaire vaudois de Lausanne.

L’artiste éminemment éclectique, engagée, intransigeante, parfois rugueuse, avait lutté sans relâche pour l’émancipation de ses semblables, les droits des étrangers, et milité contre l’énergie nucléaire.

René Hamm

                  

© 2018 Ciné-Feuilles - Editeur : Médias-pro