5768
critiques de films depuis 1999

Palmarès 2008

21 janvier 2009

Quelque 270 longs métrages ont été projetés sur les écrans romands en 2008, et 18 d’entre eux ont particulièrement retenu notre attention. Dix-huit films que l’on qualifiera d’excellents, avec des moyennes se situant au-dessus de 16, mais qui ne constituent que 7% de ce qui a été distribué l’an dernier en Suisse romande.

Un premier constat (toujours le même, année après année): la très forte présence dans notre palmarès d’un cinéma américain qui, tout en utilisant de près ou de loin les structures hollywoodiennes, réussit à ne pas s’inféoder au système des «majors». Paul Thomas Anderson, Wayne Wang, Woody Allen, Andrew Stanton et Clint Eastwood ont réalisé des films personnels, indépendants et d’un intérêt indéniable. Le cinéma anglo-saxon occupe d’ailleurs une place de choix dans notre liste si l’on ajoute à ces cinq noms ceux de Mike Leigh et Ken Loach, observateurs toujours attentifs de la réalité sociale britannique.

Une deuxième remarque: notre palmarès est éclectique. On y trouve des œuvres de fiction bien sûr - classiques dans leur forme pour les uns, plus déroutantes parfois pour d’autres -, mais aussi des documentaires et des films d’animation. A noter que, géographiquement parlant, le Sud de notre planète n’est pas représenté: où sont donc passés les bons films d’Asie, d’Australie, d’Amérique du Sud ou d’Afrique?

Une troisième remarque: la Russie (3 films) opère un retour en force, alors qu’elle était absente de nos listes toutes ces dernières années. Est-ce le signe de la renaissance d’un cinéma russe de qualité et à vocation internationale? Quant à la Suisse, on la découvre très discrète derrière une coproduction helvético-russe, LA MERE, un très beau documentaire (cf. en p. 32). LA FORTERESSE - autre documentaire suisse - manque de peu le coche il est vrai, avec une moyenne de 15,9.

Osons encore quelques chiffres: en 9 semaines LUMIERE SILENCIEUSE - notre N°1 - n’a attiré, sur 3 écrans, que 3’300 spectateurs. En 9 semaines également, ENTRE LES MURS (N°2) en a atteint déjà 10 fois plus (38’000 / 8 écrans), et THERE WILL BE BLOOD (N°3) presque autant (29’000 / 6 écrans). Mais on est encore bien loin des champions du box-office: BIENVENUE CHEZ LES CH’TIS (avec 14 de moyenne, il pointe loin en arrière dans notre palmarès!) a séduit plus de 260’000 spectateurs (!), toujours en 9 semaines mais sur 12 écrans cette fois. Le dernier James Bond, QUANTUM OF SOLACE, bruyante et vaine superproduction formatée sortie sur 21 écrans, joue la modestie en Suisse romande avec 150’000 spectateurs en 9 semaines, mais terrasse en revanche tous ses concurrents sur le plan suisse, avec plus de 800’000 entrées. Cinéma, où vas-tu?

Le lecteur attentif de notre tableau aura déjà constaté qu’on y croise peu de films de pure distraction. C’est une constante: Michel Piccoli disait récemment (Le Temps, 29.11.2008): «Un spectacle qui ne ferait que distraire ne m’intéresse pas. Il faut aller plus loin. Dans la fantaisie, dans le risque, dans la maîtrise.»

Qu’en termes choisis ces choses-là sont dites!

Antoine Rochat (CF 583)

Les films les mieux notés en 2008 (moyennes de 18,2 à 16; vus par quatre rédacteurs au moins - titres avec *: trois notes seulement).

  1. Lumière silencieuse, Carlos Reygadas, Mexique
  2. Entre les murs, Laurent Cantet, France
  3. There will be blood, Paul Thomas Anderson, USA
  4. *La Mère, Antoine Cattin et Pavel Kostomarov, Russie/Suisse
  5. *Trip to Asia, Thomas Grube, Allemagne
  6. *Un millier d’années de bonnes prières, Wayne Wang, USA
  7. Il y a longtemps que je t’aime, Philippe Claudel, France
  8. L’Île, Pavel Lounguine, Russie
  9. *Un Conte d’été polonais, Andrzej Jakimowski, Pologne 
  10. Happy-Go-Lucky, Mike Leigh, Grande-Bretagne
  11. Il Divo, Paolo Sorrentino, Italie    
  12. Vicky Cristina Barcelona, Woody Allen, USA
  13. Valse avec Bachir, Ari Folman, Israël
  14. It’s a free world!, Ken Loach, Grande-Bretagne
  15. *Wall-e, Andrew Stanton, USA
  16. Le Bannissement, Andreï Zviaguintsev, Russie
  17. Premières Neiges, Aida Begic, Bosnie
  18. L’échange, Clint Eastwood, USA
© 2018 Ciné-Feuilles - Editeur : Médias-pro